Hovern Index du Forum
Hovern
Le forum RPG fantastique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Chroniques d'un condamner
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Zone RPG >>> La bibliothèque de Yab >>> Les aventures Solistes
Auteur Message
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 22:23 (2009)    Sujet du message: Chroniques d'un condamner Répondre en citant

Chroniques d'un condamner.
Partie 1: Ogur la sombre.
Chapitre 1: La fin



Se retrouver bloqué aussi stupidement... Pyron ne pouvait le concevoir... Il ne venait pas de traverser le monde entier, le parcourant de long en large pour mourir aussi stupidement. Mourir en étant poussé dans le vide. Au moins il compris qu'il était en hauteur... Très haut. Était-ce des nuages qu'il apercevait en contrebas ?

Le bruit désincarnés que provoquait les mouvements de son ennemi vinrent le sortir de sa torpeur. Il fallait trouver une solution pour sortir de ce mauvais pas et vite.

Le jeune homme analysa la situation rapidement. Il était bloqué sur une corniche, sous une sorte d'entrée, par laquelle arriverait l'ennemi. La parois contre laquelle il s'adossait était parfaitement lisse, sans aucune prise pour entreprendre un escalade vers le haut. Par contre il lui restait suffisamment de métal pour couvrir ses poings... La seule solution était de profiter de l'attaque que lancerait l'adversaire pour se sortir de ce mauvais pas.

Les déplacement de son mortel ennemi se faisait plus fréquent et plus proches, il avait localisé sa proie. Très vite des vibrations se firent sentirent dans le dos de Pyron.

Le Monstrueux adversaire passa d'abord un bras par l'ouverture. Un bras gigantesque... Aussi grand que trois hommes et terriblement musclé. Ce membre s'achevait par une main à laquelle il manquait trois doigts... Les trois que Pyron lui tranchât quelques instants plus tôt.

Le bras vint se plaquer contre le mur, au dessus du jeune homme, et s'y appuya pour tirer le corps qui allait avec. Ce dernier suivit rapidement et sortit du trou jusqu'au niveau de l'abdomen, le second bras toujours à l'intérieur. Le corps de cet être était bleu-noir, sombre et démoniaque.

Sa tête se tourna vers Pyron, une tête ornée d'une sorte de crête d'os, et avec une bouche aux crocs acérés. Il arborait un sourire mesquin et fronçât ce qui devait être des sourcils mais qui semblait plus être des rangées de pieux. Son nez évasé lui donnait l'air sauvage, et ses yeux noirs fixaient sa proie avec amusement.

-Comment compte tu t'en sortir cette fois ?

La voix du monstre était aussi forte qu'il était grand, et aussi caverneuse qu'il était sombre. Il riait. Il riait à gorge déployée, heureux de l'issu de ce combat. Heureux de pouvoir enfin tuer la personne qui l'a tant gêné durant ces dernières années. Heureux d'enfin réussir à asservir un dieux. Mais il allait trop vite en besogne... Pyron respirait encore, et tant qu'il respirera, aucun dieux ne pourra être asservit.

C'était là tout le problème... Il ne devait pas mourir, or il n'avait d'autre choix que de laisser la faucheuse le prendre pour vaincre son adversaire.

-Donne moi ton âme! hurla le géant en stoppant son ricanement.

Il lança son bras droit, celui qui était sortit, vers Pyron, pour l'écraser définitivement. Ce dernier, qui attendait l'attaque fermement, sauta en avant vers la monstrueuse main. Le métal qui parcourait les bras du jeune homme coagula sur ses poing pour former des poignards, qu'il planta dans la paume tendu du monstre. Puis il tira aussi brusquement et aussi fortement que possible sur ses bras pour se projeter plus haut et passer de l'autre côté de la gigantesque main, comme s'il sautait au dessus d'une grille.

Pyron replanta ses dagues tout en se donnant une impulsion pour se retourner en l'air et se prépara au choc.

Le coup enfonça le mur avec force, arrachant de gigantesques blocs de pierre à la paroi. Le jeune homme en eu le souffle coupé, mais se ressaisit pour sauter en profitant de l'impulsion que son adversaire lui offrait en secouant sa main pour le faire voler.

Il se retrouva en l'air propulsé vers le crâne de son ennemi, près à planter ses poignards dans les orbites du monstre.

Ce n'est pas par peur ni pour se donner du courage, mais par haine que Pyron hurla en arrivant sur son adversaire...


20ans plus tôt...
Ville portuaire d'Ogur...




Ogur est probablement l'une des villes les plus malfamée du monde. Paradis pour tous les pirates et corsaires. Lieux de travail des voleurs et charlatans. Lieu de chasse pour les assassins ou les tueurs à gage. Tout s'y achète et tout s'y vend. Arme, vivre, matériel, drogues, esclaves ou encore prostituées. Tout ce qui peux se vendre se retrouve sur les étalages des marchands peu scrupuleux.

Mais cette ville à tout de même le mérite de posséder l'un des plus grand port maritime du monde. Un port divisé en douze secteurs, pouvant accueillir près de cinq cent navires chacun. Deux de ces secteurs sont d'ailleurs réservés aux navires militaire qui doivent faire escale. Mis à part sa taille et sa splendeur, ce port n'a rien à envier au reste de la ville pour ce qui est de la criminalité.

Tout s'y vend et tout s'y achète. En fait cette ville est une ville criminelle. C'est pour cette raison que l'Orphelinat de Zuuria fait tâche au milieu de cette pouponnière à crimes.

Cet orphelinat qui ne porte que le nom de la déesse Zuuria, déesse de la naissance et de la croissance, était en fait diriger par un ancien assassin repenti, spécialisé dans la traque des contrats à haut risques. Testor Rosemberg.

Cet homme décida de fonder cet orphelinat lors de la naissance de sa fille, deux ans avant l'évènement qui nous intéresse.

En fait c'est un après-midi d'automne qu'on lui apporta l'être le plus insignifiant qui soit. Un gosse à la peau mate et aux cheveux blanc, couleur fréquente chez les jeunes enfants qui deviendrons blonds par la suite. C'était un jeune garçon vivace, emmitouflé dans une couverture. Il venait surement de passer sa première année.

L'homme qui l'avait apporté ne sut dire où étaient ses parents. Il l'avait trouvé prés d'une épave dans le vieux port. Le secteur treize.

Testor avait le droit de refuser un enfant. Il ne gardait pas les mal formés et les handicapés pour ne pas avoir à souffrir de leur mort dans le futur. Cette ville ne laissait aucune chance au plus faibles.

Il lui donna le prénom Pyron, le même que le surnom que l'on donnait au vieux port: le Pyron. Et il lui fit dont du nom Kalerneck, le nom que portait l'un de ses plus fidèles amis, mort longtemps auparavant.

Testor ne savait pas encore qu'en sauvant ce gosse de la mort, il venait de provoquer tous les évènements qui conduiraient à la sienne.

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Publicité







MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 22:23 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 20:08 (2009)    Sujet du message: Chroniques d'un condamner Répondre en citant

Chapitre 2: La chasse.



Pyron Kalerneck fut élevé avec les valeurs de Testor, au milieu d'une vingtaine de gamins. Ils apprenaient les notions de devoir, de respect et d'honneur tout en aidant leur père adoptif dans ses taches quotidiennes. La seule privilégié était Axelle, la fille de Testor, qui avait la chance d'aller à l'école, d'apprendre à lire et à écrire. Pour ce faire elle partait en internat dans une école situé plus au nord près de la côte. Elle dispensait des cours à Pyron et aux autres lorsqu'elle revenait. Cela permettait aux autre d'apprendre la lecture et l'écriture pour qu'ils ne soient pas totalement perdu dans le futur.

Pyron avait gagné une place particulière au sein de cette grande famille. D'une part il était entouré par une aura très particulière et très pesante, ce qui faisait peur aux autres, et d'autre part, Testor remarqua son incroyable force de frappe. Déjà tout jeune il détruisait des murets que les adultes n'ébranlerait même pas. Mais il y a toujours un inconvénient à ce genre de puissance... Chaque coup broyait littéralement ses pauvres poings...

Dans tous les cas Pyron était déjà devenus une mascotte dans toute la ville.

Toute les premières lunes de chaque mois, Testor partait chasser dans les montagnes pour éviter d'avoir à acheter de la viande en ville, une denrée bien trop chère. Avant qu'elle ne parte à l'internat il emmenait sa fille pour qu'elle apprenne le maniement de l'arc. Mais depuis qu'elle était partie, Testor décida d'emmener Pyron. En fait le vieux barbu avait dans l'idée de lui apprendre des notions de combat et de chasse pour qu'il protège l'orphelinat à son tour.

Cette première chasse excitait Pyron. Enfin il accompagnai maître Rosemberg comme ils l'appelaient. Il sortir de la ville par la porte sud-est, la Porte de Sesth. La route longeait la côte pour mener à la ville des Vampires et des Drows. Seul quelque chemin menant dans les montagnes la croisait. Testor leur fit emprunter le premier sentier.

Le paysage changeât du tout au tout. Autant sur la côte les hommes optimisait la place pour les cultures, autant les pieds de montagnes servaient aux élevages. Les étendues jaunes et vertes laissèrent place aux gigantesques troupeaux en tout genre qui tondait le sol à longueur de temps. Enfin ce furent des bosquets et des maquis qui prirent place.
Testor lui expliqua que cette région fut autrefois un champ de bataille entre les hommes et les démons.

- Pouquoi les démons s'en prendrait-ils à Angmar alors que Yab était plus facile d'accès ?

Malgré ses onze ans Pyron saisissait déjà les subtilités de la logique militaire.

- C'est vrai qu'il est plus simple de parcourir les terres que de traverser une mer mais, sache que si les démons tenait toute l'île d'Angmar, ils auraient possédé alors une place forte facilement défendable. C'est pour ça que cette région leur plaisait bien.

Malgré sa voix rauques, Testor parlait avec gentillesse et en souriant. Même sa longue barbe, qui était le symbole de sa puissance dans le passé, le rendait tendre. Pyron aimait cet homme qui faisait beaucoup pour lui.

Le vieil homme portait toujours une longue houppelande en peau lorsqu'il sortait, ainsi qu'un immense giberne de cuir. Ses seules armes était un arc de conception médiocre et un poignard à dépecer. Enfin il chaussait des bottes en peau, idéales pour amortir les bruits de pas. Tout ceci était l'attirail idéal du bon chasseur. Pyron lui portait son justaucorps habituel et son pantalon habituel, mais se couvrait cette fois avec une cape de fourrure et portait une petite giberne en bandoulière.

Ils devait passer un premier col pour déboucher sur la vallée ou le gibier était bien planqué. Tous les chasseurs devaient traverser ce col qu'ils appelèrent Col du Chasseur, pour rallier la Vallée de Vie. Seulement le col est l'un des plus haut de la chaine d'Angmar et que contourner la montagne prendrait trois bonnes journées. Par le col il fallait en compter une seule.

Le duo atypique avait passé les bosquets et se retrouvait au milieu des roches et des ravins. La côte était rude et Pyron qui n'était absolument pas habitué à de tels efforts leur fit faire plusieurs arrêts sur le trajet. Mais à chaque fois il tenait un peu plus longtemps avant de s'arrêter pour souffler. C'était ce que voulait Testor, qu'il se dépasse encore et encore pour devenir plus fort.

Ils franchirent le col un peu après la mi-journée après six heures de marche environ. Il leur en faudrait autant pour descendre dans la vallée qui s'étendait sous leur yeux. C'était un gigantesque forêt au milieu des montagnes. Il fallait bien quatre deux jours pour la traverser. Pyron voulut rester plus longtemps pour profiter du paysage, mais ils avaient déjà du retard à cause de lui. Et Testor marchait déjà devant.

Pyron se dit que ces montagnes contrastaient avec Ogur.

La descente fut moins ardue mais fut tout de même longues. Ils avaient passé les premiers arbres de la forêt en milieu d'après midi, et le sol avait arrêter de descendre en début de soirée. Ce fut à ce moment là que Testor décida d'établir le camp pour la semaine à venir. Il fallait commencer par construire un petit abris où dormir, allumer un feu pour effrayer les bêtes trop curieuse et piéger les buissons dans lesquels les prédateurs aimaient se planquer. Un travail qui durerait jusque dans le milieu de la nuit, mais nécessaire s'il voulait survivre à leur sommeil.

Pyron, commença son père adoptif, va trouver du bois sec et pas trop gros. Ramènes-en deux gros fagots pour que l'on tienne jusqu'à après demain.

Le jeune garçon s'apprêta à courir tout en acquiescent joyeusement de la tête mais Testor l'attrapa par l'épaule et lui tendit un petit sifflet de bois:

S'il t'arrive quoi que se soit, siffle aussi fort et autant de fois que tu peu. J'arriverai aussi vite que possible. Mais ne t'éloigne pas trop pour autant.

Le gamin fut soudain traversé par une vague d'inquiétude que Testor remarqua et chassa par un simple sourire, comme pour signifier qu'il ne se passerait rien, que c'était une précaution inutile mais de prudence tout de même. Le sourire de Pyron revint, il rangea son sifflet dans la poche droite de son pantalon et s'en alla entre les arbres en quête de bois.

La collecte se fit sans encombre. Quelques égratignures sur les bras en passant dans des buissons. Il déposa le premier fagot quand Testor finissait de monter la structure de leur futur abri, accroché entre trois tronc d'arbres noueux. Lorsqu'il déposa le second fagot, le vieux terminait de déposé le feuillage sur la structure. Vint ensuite pour Pyron l'apprentissage de la méthode pour allumer un feu.

- Pour commencer, dit Testor, tu déblai la zone où tu allumera et entretiendra le feu. Le but est d'enlever les brindilles sèches et tous ce qui est susceptible de bruler. Le mieux c'est de retourner la terre voir de creuser un peu pour être sur qu'il n'y a rien d'autre.

Tout en parlant, le maître creusa un peu avec son couteau sur une surface assez large. Pyron aurait pu s'y allonger de tout son long.

- Ensuite, continua le barbu, tu forme un cercle, dans celui que tu viens de faire, avec des pierres de bonne taille. J'ai fais un tas des plus belles pierres que j'ai trouvé à côté de l'abri. Va me les chercher.

Le garçon s'exécuta et ramena les pierre qui étaient toutes plus ou moins cubique et deux fois plus grosses qu'un poing d'homme adulte. Pyron remarqua que son père adoptif laissait une belle marge de terre retourné en dehors du cercle.

- Pourquoi vous ne prenez pas tout le cercle ? Vous pourriez faire un feu plus imposant.

Testor lâcha un rire bruyant avant de répondre.

- Lorsque du bois brule il y à toujours des projection incandescents. Il vaut mieux qu'elles tombent sur la terre plutôt que sur des brindille. Et on ne veut pas faire un feu de joie mais un simple feu pour se réchauffer et faire fuir les animaux sauvages. Enfin, si une des branches tombe elle sera d'abord retenu par les pierre et ne brulera pas si elle passe par dessus. C'est une marge de sécurité.

Le jeune garçon écoutait avec attention son aîné. Il buvait ses paroles, trouvant cet apprentissage passionnant. Testor, lui, s'amusait à observer les réaction du gamin. Il sortit de sous sa houppelande une baguette de bois plate, creusée en son centre ainsi qu'une tige de bois parfaitement cylindrique.

- Ensuite vient l'étape cruciale de l'allumage. Commença Testor. En fait il te faut ces deux outil et une boule de brindilles.

Le vieux saisi une poignée de brindilles et la pressa puis il enfonça son pouce dedans, créant ainsi une sorte de puis, mais sans traverse la boule.

- Fais toujours ce trou dedans, il est important. Puis tu cale la baguette plate sous tes pieds en laissant apparaitre la partie creusé. Tu y met un peu de brindilles et tu pose la tige à la verticale dessus. Tu place tes mains à plat de chaque côtés de la tige et tu la fais tourné...

Testor fit frotter la tige sur les brindilles à une vitesse hallucinante et ce de nombreuse fois. Au bout d'un moment un filet de fumée s'échappa, indiquant qu'il fallait passer à l'étape suivante.

- Ensuite tu prend les brindilles qui commencent à bruler et tu les mets dans la boule, tu referme le trou et tu secoue en faisant de grands mouvements pour attiser.

La boule commença à fumer encore plus.

- Et tu met ça sous les branches... Puis tu souffle dessus doucement.

Testor se pencha près du feu et commença à souffler avec précision et délicatesse jusqu'à ce que des flammes naissent entre les branches. Pyron resta bouche bée. Le vieux venait d'allumer le feu avec des bouts de bois.

- Retiens bien tout ça car demain c'est toi qui allumera le feu.

Testor parti chercher de quoi manger pendant que Pyron admirait les flammes monter au ciel. Ils étaient à peine arriver et déjà il avait appris à faire un feu. Il avait hâte de continuer son apprentissage.

Son maître revint avec deux gros morceau de pains, de la charcuterie qu'il avait lui même préparé et une outre d'eau. Il en passa la moitié à son disciple et commença à manger.

- Profite du repas car demain nous devrons chasser pour nous nourrir. Si nous n'attrapons rien, il faudra dormir le ventre vide.

Pyron écarquilla les yeux en regardant son maître.

- Mais …
- Rassure toi, coupa Testor, la vallée est pleine de gibier. Nous en attraperons demain.

Le jeune garçon ne fut pas rassuré pour autant. Il hésitât même à en laisser un peu pour demain, au cas ou... Seulement son ventre criait famine après une journée de marche en ne buvant que de l'eau. Il se résigna à faire confiance au vieux barbu et dévora son maigre repas.

Ils avalèrent leur provision en peu de temps. Testor s'allongea dans en s'enroulant dans sa houppelande et invita Pyron à en faire autant. Il leur fallait se reposer et la nuit était déjà bien avancée. Ils restèrent là pendant de longue minutes avant que le maître brise le silence.

- Pyron?
- Hum...
- Accepterais-tu que je t'apprenne le combat?

Le jeune garçon se redressa en sursaut, surpris par la question.

- Comment-ça?

Testor lâcha un soupir avant de continuer:

- Il arrivera un jour où je ne pourrait plus défendre l'orphelinat... Je viellit et ma force me quitte peu à peu. Il faut que quelqu'un reprenne le flambeau et protège les nouveaux orphelins lorsque je ne pourrait plus me battre. C'est pour ça que je te propose de t'apprendre ce que je sais.

- Mais, pourquoi moi? Interrogea le gosse.

Là encore, le vieil homme soupira.

- Tu est le plus robuste et le plus fort. Tu t'es rendu compte de la force de tes poings. Un puissant flux de pouvoir circule dans ton corps. Avec de l'entrainement, tu pourrais devenir un puissant guerrier et tes poings pourraient résister à leur propre force. En plus Axelle et toi être très proche. Elle as confiance en toi. Elle accepteras plus facilement que tu la protège. C'est pour ça que je t'est amené ici. Pour que tu commence à apprendre ce qu'il faut pour maintenir l'orphelinat en place.

Pyron ne sut quoi répondre. Bien sur qu'il voulait protéger l'orphelinat. Il savait à quel point nombre de criminels révérait de mettre la main sur les gamins qui y vivaient pour en faire des esclaves ou pire encore. Ses escapades dans les rues d'Ogur lui avait appris... Mais en même temps, se dire qu'il fallait se battre contre des criminels lui faisait peur. Il tenait trop à la vie pour la perdre en se battant.

- Et si je ne suis pas assez fort?

Cette fois Testor lâcha un rire amusé:

- Tes points sont déjà plus puissant que les miens. Avec mon savoir et ta force, peut de monde pourra rivaliser avec toi. Et si j'arrive à trouver quelqu'un qui saura t'apprendre à maitriser tes pouvoirs... Tu deviendra un guerrier invincible.

Testor sut trouver les mots justes pour convaincre et rassurer le jeune garçon. S'il devenait aussi puissant que son maitre le prétendait, il n'aurait plus rien à craindre, et l'orphelinat non plus.

- Alors c'est d'accord.

Se fut sa seule réponse avant de se rallonger et de s'endormir.

Le maître réveillât Pyron à l'aube. Le feu laissait s'échapper quelque volute de fumée et la nuit levait tout juste son voile laissant place à un soleil radieux dégagé de tout nuages. La rosée du matin avait humidifié les cheveux blonds du garçon qui les secoua avec vigueur.

Testor donna une outre vide à Pyron et l'emmena plus loin dans la forêt. Très vite ils débouchèrent sur une clairière où s'étendait un grand lac. Le garçon fut surpris de ne pas l'avoir repéré en haut du Col des Chasseurs. Mais il comprit vite pourquoi ils étaient ici. D'une part pour remplir l'outre et d'autre part à cause du nombre d'animaux qui s'abreuvaient ici.

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Ven 9 Oct - 16:13 (2009)    Sujet du message: Chroniques d'un condamner Répondre en citant

Nouveau personnages: >>>Titana<<<

Chapitre 3: La Déesse


Une fois arrivé au lac, Testor de manda à Pyron d'aller remplir les outres un peu plus loin. Le jeune ne compris trop pourquoi il devait s'écarter pour les remplir mais il s'exécuta sans faire d'histoire et longea la rive sur une centaine de mètres. Le paysage était grandiose et le gosse ne prêtait plus attention à rien d'autre. Il était heureux d'être ici à la place d'Axelle.

Il déboucha sur une petite extension du lac, s'enfonçant un peu dans les terres. L'endroit était splendide, à en couper le souffle. Comme si tout avait été fait pour scotcher un quelconque voyageur. Des roseau parsemé sur le bord, des fleur de lotus, des nénuphars et quelques libellules voletant les unes derrière les autres. Les quelques rayons du soleil traversant le feuillage des arbres avoisinant rendaient la chose féérique.

Pyron reprit ses esprits et s'approcha de l'eau pour remplir sa mission. La première outre fut plein mais la seconde fut plus longue à remplir. En effet voir une femme sortir de l'eau comme si de rien était perturbait le jeune garçon. La créature était magnifique, mais le garçon ne s'en rendait pas forcément compte étant si jeune. Parfaite. Une chevelure longue et belle à la couleur de l'astre solaire, des yeux bruns aux reflets métalliques, des lèvres rosées et pulpeuse et un corps irréprochable à tout point de vue. N'importe qu'elle homme en baverait. Elle se tenait là, devant le gosse effrayé, nue, observant Pyron avec un air satisfait. Lui voulait se mettre debout et s'enfuir mais son corps ne répondait pas, comme paralysé par la peur.

- Bonjour Pyron... fit la femme d'une voix douce et suave mais légèrement cassée.

Le garçon, en entendant son nom se mit à hurler:

- Laissez moi! Allez-vous ...

Dans un seul mouvement, d'une rapidité inhumaine, la nymphe se précipita sur le garçon et lui couvrit la bouche avec la main pour étouffer ses hurlements.

-Chut... Je ne te veux aucun mal... Si je suis là c'est simplement pour discuter et faire connaissance... Tu n'as pas à avoir peur de moi. Je veux t'aider... Alors tu arrêteras de crier si je lâche prise?

Pyron hocha de la tête tout doucement, les yeux rivés dans ceux de la beauté. L'autre le lâcha aussitôt et se remis debout devant le gamin.

- Je suis Titana, déesse mineur associée au métal. C'est pour cette raison que j'ai put apparaitre dans l'eau, je n'est pas besoin de respirer. Toi tu est Pyron Kalerneck, ou du moins c'est ainsi que Testor t'as nommé. Cela peut te paraitre un peu brusque mais, je t'observe depuis longtemps... En fait, beaucoup de dieux t'observe depuis ta naissance car tu est particulier Pyron...

Le garçon ne savait quoi dire ou faire devant la magnifique jeune femme qui se dressait devant elle. Il se contenta d'écouter son discours.

- Tu n'est pas comme les autres humains... Tu appartient à la race humaine, mais pas à la même branche que celle qui prédomine sur Hovern. Tu est le dernier des tiens. Tu ne me crois pas n'est-ce pas ?

Hochement de tête négatif.

- Pourtant tu as remarqué que ta force est bien supérieur à celle de tous les autres humains... Tu pense bien qu'il y a une raison à cela...

Cette fois-ci, Pyron ne put désapprouver... En effet, sa force de frappe était déjà bien supérieur à celle de tous las humains qu'il avait rencontré jusque là. Personne ne savait expliquer cela... Et de toute façon, cette Titana semblait le connaitre. Elle connaissait son nom et son prénom alors que même les enfants de l'orphelinat le connaissait à peine.

- Ton peuple à été décimé par un ennemi redoutable... Les dieux supérieurs les appelait Noirêtains. Ils étaient originaire d'un autre continent, bien loin de celui-ci et inconnu de tous, tout comme celui-ci est inconnu de l'autre continent. T'expliquer comment ils sont arrivés là serait long à expliquer en si peu de temps. C'est pourquoi j'en vient au fait... Tu est maintenant l'être humain le plus rare du monde et tes capacités intéresse nombre de mes frères et soeurs. En fait nous sommes nombreux à vouloir te désigner comme gardien...

L'air ahuri de Pyron fit comprendre à la déesse qu'il ne comprenait rien à ce qu'il se passait.

- Ecoute... Les dieux comme moi, peuvent choisir de prêter leurs pouvoirs à un et un seul être mortel... Un non dieux pour faire simple. Cet être est appelé Gardien. Il est en fait le représentant de son dieu sur Hovern et j'aimerais que tu sois mon gardien. Tu est encore jeune mais tu est déjà en danger et si tu devient mon gardien je te protègerai. D'autre dieux te veulent pour t'utiliser, hors je souhaite te protéger pour des raisons que je ne peut t'expliquer maintenant... C'est pourquoi je te demande de devenir mon Gardien et de refuser toutes les autres offres sans m'en parler avant... Ah! Oui! un gardien peut avoir plusieurs dieux tandis qu'un dieu ne peut désigner qu'un gardien... Mais je te laisse le choix... Rentre à l'orphelinat et réfléchit. Si tu accepte mon offre revient ici sans Testor et je t'expliquerais tout... Et méfie toi de cet homme. Il à beau te nourrir ses intentions envers toi ne sont pas louable...

Sur ces mots la déesse se retourna et s'enfonça à nouveau dans l'eau en lâchant une dernière phrase:

- Ne raconte rien à personne, sinon tu cours à ta perte...

Puis peu après sa disparition Testor surgit de derrière les arbres en haletant.

- Mais qu'est-ce que tu fabriquait, cela fait une demi-heure que je hurle, inquiet pour toi. Qu'est-ce qu'il se passait ici?

Malgré son jeune âge les mots de la déesse parurent limpide pour l'esprit de Pyron. Et bizarrement il tombait d'accord avec elle pour ne rien raconter à Testor.

- Je... Je rêvassait... Désolé...
- Tss... Ne me fait plus une telle frayeur! Tu n'imagine pas à quel point j'était inquiet!

En le regardant s'éloigner vers le lac, Pyron pensait que les paroles de son père adoptif semblaient moins sincère...

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:53 (2018)    Sujet du message: Chroniques d'un condamner

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Zone RPG >>> La bibliothèque de Yab >>> Les aventures Solistes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo