Hovern Index du Forum
Hovern
Le forum RPG fantastique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
La pierre d'Isola
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Les aventures RPG >>> L'épopée d'Hovern
Auteur Message
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Dim 15 Nov - 21:27 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Sylve se laissa entraînée, exténuée par les remarques désobligeantes de la belle Enoria. La Stern était encore bouleversée par les récents évènements. Antoine... Antoine, son Antoine, tout du moin, qui l'était.  Serrant contre elle la petite fiole de verre qui lui servait d'ultime artefac le liant à lui, la Sylve ne dit mot, montant quatre à quatre les marches menant à leur chambre.

_Je suis heureuse de vous revoir, même si vous devez en avoir gros après moi. Pardonne moi Enoria. Mais je vous ai sauvé la vie.  L'heure des explications n'est elle pas arrivée ? Probablement.

La jeune Stern était sérieuse, voir même officielle. Ses compagnons tiraient toujours une moue aussi maussade, irregulière.

_Tout dabord, Fainn, nous ne nous sommes pas rencontré par pur hasard. Ma mère adoptive  m'avait parlé de toi, de ta réputation. Tu avais livré contre elle un duel imparfait: peut être que Kalhann te raffraichit la mémoire ? Quoi qu'il en soit, je devais te trouver. C'est elle qui me l'avait demandé, et j'ai vite compris que mon passé commun à la pierre d'Isola se révélait.

Sylve ne voulait pas lacher une trop grande masse d'informations trop vite. Il fallait qu'ils comprennent, qu'ils suivent, c'était vital à la survie de leur mince quête, quasiment réduite à néant.

_Je me suis vite rendu compte que les anciennes légendes lycanthropes étaient véridiques, et que nos chemins devaient obligatoirement se croiser tôt ou tard.  C'était... écrit. Mes mots sont crus, mais je ne peux les employer différement. Je vous avais même compté cette histoire Lycan, dans les montagnes, souvenez vous.

Naturellement, les compagnons de la Stern comprenaient, ils étaient loins d'être débiles. Le plus troublant dans le visage du colossale Fainn était ce rictus de savoir, tandis que les deux autres acolytes restaient impassibles. Fainn savait, et cela se voyait sur son visage marqué par la terre et le sang.

_Je suis liée au peuple Lycan, et à sa déesse Seena, qui m'envoie  ici dans un seul but. Détruire Isola par mon sang.

Les mots sonnaient lourds, voir même pompeux de la gorge de la Lycan, impassible. Elle se fichait de mourir, puisque sa vie se résumait à... lui.

_J'en viens maintenant à la Confrérie des Nuages, ultime association d'Erudits et Magiciens en tous genres, près à n'importe quoi pour faire basculer dans sa poche le sort de ce monde. Voilà dix neuf ans qu'ils me traquent sans succes, mes pouvoirs lunaires ne s'étant pas décuplés. Mais voilà quelques lunes, la Confrérie vint me rendre une visite nocturne, à moi et à ma mère. Ma magie les tua, mais la leur prit l'une de mes seules raisons de vivre. Mon ultime quête était alors de te trouver, Fainn.

Les souvenirs s'entassaient. La Stern ne voulait pas en venir au stade d'Antoine, cela lui était trop difficile à présent. Mais pourtant elle le devait. Ses compagnons lui en voulaient, et elle devait se racheter, pour elle, pour son peuple.

_Ainsi donc, je sentais l'oeil oppressant de la Confrérie sur nous dans les Montagnes. Elle était là, écrasante. Je devais m'enfuire, ce qui a permis de vous débarraser d'une trentaines d'hommes armés. En revanche, la présence de ce démon imminant prouve son alliance avec les terres Démoniaques. Son aura noire était si grande que mon coeur se retournait à chaques pas...

Le temps d'une brève pause, la Sylve se remémora son passage par la cascade. L'eau, ultime rendez vous entre le passé et le présent, dans le cadre d'un avenir meilleur. Ses cheveux était légèrement décoiffé, rendant l'aspect de la Lycan exantrique à souhait.

_J'avais besoin de voir quelqu'un avant de poursuivre cette étrange quête. Un homme qui m'était extrêmement chers, et qui en sait long sur la Confrérie, étant lui même des leurs, il y a de cela de nombreuses années. Il est malade, très malade, et j'ai dans le coeur l'espoir de pouvoir l'aider.

Son récit se termina brusquement. Les paupières de la Stern commençaient à flancher. Elle se laissa tomber sur le lit le plus proche, attendant les réactions de ses acolytes. Ca passe,  ou bien ca casse...





_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Publicité







MessagePosté le: Dim 15 Nov - 21:27 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Karasu
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 5
Localisation: Là où le vent me porte

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 20:46 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

*Volant au dessus du col de montagne menant a cette ville, l'ange évita le trafix habituel. Les gens le regardèrent, le pointère du doigt, mais rien d'inhabituel. Puis, il se posa dans une rue de la ville. Levant la tête, il regarda la porte devant lui, puis l'affiche au dessus. Les écritures délabrées étaient illisible, mais il pouvait savoir a l'odeur émanant de cette batîsse que c'était sans aucun doute une taverne.*

~L'endroit parfais pour se reposer l'esprit et le corps. Hm, a en jugé par la batisse et l'état de l'endroit, la taverne ne doit pas être trop trop miteuse.  Bah! Qui ne risque rien n'a rien, allons voir~

*Il porta la main au panneau de bois qui servait de porte et poussa. La porte de la taverne s'ouvrit. Les quelques rayons de lumière qui entraient firent grogner les hommes et les femmes imbibés d'alcohol aux tables. Mais quand ils virent la silouhette dans la porte, ils arrêtèrent de grogner et retournèrent a leur breuvage. Certains restèrent béat même. Et d'autres attendirent qu'il se tasse pour sortir de la pièce.*

~Encore cette réaction....Pourquoi les gens ont autant de haine a mon égard, ou de la peur? Pourquoi? Qu'est-ce que les anges ont fait?~

*Ces pensées troublait Karasu. Mais bon, il se déplaca et coupa l'entré de soleil avec la fermeture de la porte. Repliant ses ailes sur son dos pour ne pas prendre trop de place, il rangea son épée dans son dos, en diagonale, puis attacha les deux languettes de cuir qui la retenait. Pas une très très grand épée , mais il fallait quand même l'empêcher de tomber.Regardant la foule de ses yeux ambré, il trouva une place libre dans le fond de la pièce. Passant entre les tables et les ivrognes, il alla s'asseoir a cette place. Il ôta l'épée de son dos et la déposa a son coté, accoté contre le mur. Puis, il cria:*

- Barman! BARMAN! Une chope d'hydromel, merci

*Aussitôt dit, aussitôt fait, la chope arrivea a sa table rapidement. Il porta le liquide alcoolisé a ses lèvres, puis déposa la chope sur la table. De son regard froid, il analysa le public dans cette place. Des ivrognes, des soûlons. Si il y avait quelqu'un de moin saoûl qu'un autre, cela échapait a son regard. Il porta a nouveau la chope  a ses lèvres et pris une grande rassade. Puis, il se détendit et attendit. Attendit quoi? Il n'en savait rien. En fait, il ne voulait que relaxer un peut. Alors, il s'installa confortablement en callant son dos du mieu qu'il le pouvait malgré les  appendices dans son dos, et continua de boire. Par contre un homme ne supportai pas sa présence. Qui il était, et pourquoi, sa, l'ange ne le savait pas. Mais il tenta de le frapper*

-Eh Toi! Le monstre. Celui qui ressemble a un corbeau! Qu'Est-ce que tu fait ici? C'est MA taverne, alors barre toi ou t'es mort!

-Cher ami, ou plutot ennemi, je ne veux point me battre. Je veux juste relaxer un peu et apprécier le calme.

*Cet homme ne supportait pas de se faire narguer comme cela. A moitié saoul par contre, il risquai plus de se blesser. Il sortit son couteau, lacha un cris qui pourai réveiller les mort et fonca sur l'ange. Du moins, c'est ce qu'il croyai. Sans même un mouvement, sans même une parole, des lianes sortirent de terres et empêtrèrent les pieds de l'homme, qui s'affala de tout son long. Karasu détacha son épée, et posa un pied sur son torse. Mais l'homme n'était pas fini. Il pris le pied de l'être ailé et le propulsa au sol, puis coupa les lianes avec son couteau et se dirigea vers Karasu. L'ange donna un coup d'aile, qui le fit reculer, mais rentrer dans une chaise. Par terre, une chaise devant lui et un homme enragé. Leger mouvement de main et la chaise se fit propulser par un tourbillon de vent, et elle alla directement s'écraser au visage de l'homme. Puis, l'ange passa la main au dessus de l'épée en récitant des incantations. La lame se couvrit de feu. Il regarda l'homme, et les auters qui avaient l'air de vouloir l'aider, et souris*

-Voyez vous, la vie humaine est pathétique si elle est utiliser a des fins égoistes, comme vous. Vous, vous ne méritez pas de vivre. Mais si je tue toi, ou toi, ou toi, je ne suis pas mieux que vous. Partez. Partez avant que je change d'avis!

*Appeuré par cet être au pouvoir incroyable, les hommes sortirent en hurlant de la taverne. Le tavernier étant trop abasourdi pour dire quoi que ce sois, l'ange retourna a sa chope, enleva le feu de son épée et la reposa contre le mur. Puis, il s'assied, et recommenda de l'hydromel*

_________________


Revenir en haut
Wildes
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 14

MessagePosté le: Dim 22 Nov - 11:29 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Le soir tombait et les torches commençaient à lécher de leurs langues perverses les bois des maisons pour faire fuir les ombres.
Gabriel contemplait la ville du haut de leur chambre. La fenêtre sale était ouverte et lui faisait parvenir les premières fraicheurs de la nuit.
Dans son dos, la chambre était plutôt petite et surpeuplée. Le retour de Sylve n'en faisait pas moins une personne de plus. Une grande part de l'attention de Gabriel restait donc focalisé sur le lit le plus proche qu'il était disposé à défendre de son corps si l'un de ses compagnons émettait dessus une quelconque prétention. Pas de galanterie : les temps étaient durs, mais certainement moins que le matelas.
On parlait de Confrérie, de guerre et de magie.
On parlait de races, d'intérêts et de luttes intestines.
Mais on ne parlait de rien.

Dans un autre coin de la ville, un trafiquant d'arme se remettais difficilement de sa deuxième rossée de la journée et du double-pillage de ses biens.
Plus loin, un guerrier armait une nouvelle expédition remplaçant celle que des jouets avaient contrariée.
Plus loin encore, une grand-mère pas commode sirotait un alcool plus que douteux au fond d'une auberge louche en fixant la porte, une main sous la table.

Dans les rues, des enfants couraient. Dans des maisons, d'autres se faisaient baffer pour être rentrés aussi tard.
Dans des haillons certains cherchaient une porte, un pont, un abris, quand d'autres faits d'or et de haine jalousaient leur propre reflet, prisonnier d'une tour de noblesse branlante.
Et les hommes de pouvoir se couchaient du haut de leur puissance quand les putains des bas quartiers conquéraient en silence les rues de la cité.

Nomos.

Mais rien de tout cela ne touchait Gabriel. Pas plus que ces bruits en-dessous ou ces hommes qui fuyaient dans la rue le terrifiant fantôme de leur sombre état.
Il jouait à faire rouler son épée dans ses mains.
Classe.
Des diamants, des rubis, des saphirs, des topazes, tant de verre colorée pour le plaisirs de l'œil et de la bourse.
Trop d'or pour qu'il soit vrai.
Sur le pommeau, une inscription était inscrite en un étrange dialecte. Peut-être une invocation. Probablement pas. Disons que les forgerons orcs ont la fâcheuse habitude d'écrire des trucs classes sur leurs produits pour les vendre plus cher ; dommage qu'ils soient analphabètes.

Son oeil était vague, mais Gabriel savait que les évènements allaient commencer à se précipiter.
S'il saisissait peu des explications de Sylve, son retour allait aller de pairs avec les ennuis. La tension qui régnait chez chacun le confortait dans cette idée.
Les rapports de capacités avaient changés. Enoria s'énervait de manière étrange ; elle était plus bestiale.
Fainn s'était assagi en proportion et tentait de mener leur groupe vers son objectif.
Sylve, prise de nostalgie, semblait prête à donner de sa personne et à commencer à se battre plutôt que fuir.
Restait à savoir où il se situait, lui, Wildes.

Son attention se posa sur la basse-ville. L'image de sa grand-mère lui traversa l'esprit.
Trouble et éthérée.
Ainsi aussi était Wildes.

Un certain temps auparavant, il avait vu un emplumer entrer dans l'établissement. La normalité n'était plus.

"Est-il encore temps de dormir ?" maugréa-t-il pour lui même sans se retourner.
_________________


Revenir en haut
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Sam 28 Nov - 22:44 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

La discussion avait durée une grosse partie  la nuit durant... entre les réglages de comptes, les explications et les plans organisés, le temps avait passé, vite, trop vite... une fois de plus. Wildes avait l'air fatigué et bien que les lueurs de l'aube n'allaient probablement pas tarder à se montrer, nul n'aurait refusé quelques heures de sommeil aussi courtes soient-elle. Fainn demeura dans la pièce, Sylve ne s'était pas encore decidée quand Enoria sortie de la chambre. La métamorphe n'aurait de toute façon pas trouvé le sommeil... elle était consciente qu'il allait se faire rare prochainement car la route ne serait vraiment pas sûre, et elle aurait alors dû profiter de chaque instant offert... mais non. Ses pensées étaient chamboulées, elle ressassait toujours les même choses. Malgré son caractère elle était quelque peu attachée à ses compagnons, un minimum tout du moins et la suite étant dangereuse... c'était encore prendre le risque de perdre l'un d'entre eux, et donc de souffrir... Une plaie physique se soignait toujours... avec le temps elle cicatrise, plus ou moins vite certes mais elle finit par disparaître ne laissant derrière que quelques marques indolores. Mais les blessures de l'âme et du coeur ont beau se refermer parfois, trop restent à vif éternellement ou sont prompte à se rouvrir à tout moment.

*On ne guérit jamais vraiment... *

Alors qu'elle descendait les escaliers menant au rez de chaussé, le silence l'étonna. Certes il était tard mais généralement les ivrognes n'avaient pas d'heures pour boire. Elle rajusta sa tunique avant de finir la descente, geste purement esthétique et inutile, puis pu constater qu'en effet il n'y avait presque plus personne... et les demeurant avaient l'air sobre. Enoria s'approcha du tavernier. Ce dernier avait la tête d'un homme ayant vu un être d'outre-tombe. Comme il n'avait pas de réaction à son approche elle dû agiter sa main devant les yeux de l'humain pour qu'il la regarde enfin. La réaction qu'il eut ne fut pas des meilleures. La jeune femme mit d'ailleurs plusieurs minutes à comprendre que ses oreilles de renards devaient en être la cause. Elle allait lui sourire afin de le rassurer puis elle se souvint que ses crocs cousins de ceux des félins risquaient de ne rien arranger.

*Bon avant de partir, je passe acheter une cape, obliger... le temps de réussir à reprendre une apparence totalement normale.*

- Je ne mords pas, lâcha t-elle en soupirant. Je voudrais une bière et que vous me racontiez ce qu'il s'est passé ici. Vous mettez les gens dehors chez les orcs? parce que bon...

Il mit plusieurs secondes à réagir, puis visiblement rassuré par l'air de la métamorphe, il lui raconta brièvement. Bien qu'elle ne comprit pas tout à cause de son fort accent, un homme présent semblait être la cause de tout ça. Elle se tourna vers le désigné. Il regardait autours de lui avec un air las et autre chose... de quoi le qualifier? elle l'ignorait, elle n'avait à sa connaissance jamais rencontré de gens pareil. Mais à même temps... pourquoi juger, elle était mal placée pour ça.

*Bon les autres dorment, si vraiment y'a un problème ils seront juste ravie de ma curiosité de toute façon!* pensa t-elle ironiquement.

Eno se rapprocha de l'hybride et sans demander la permission - s'il n'était pas content elle avait plus d'un moyen de régler le problème et de se défendre- puis demanda sur un ton amusée:

- On m'a dit qu'un vilain oiseau avait fait peur à tout le monde! Il faut être aimable avec les gens voyons!

Sa façon de parler ne laisser pas de toute sur la non-agressivité de ses dires... peut-être l'autre être en face le prendrait mal mais qu'importe. Attendant une réponse, elle porta sa chope à ses lèvres, alors que ses yeux vert semblable à ceux de l'animal auquel elle était lié dévisageait l'inconnu. Elle avait un peu de temps avant qu'ils ne se remettent en route, et comme les boutiques n'ouvriraient pas immédiatement..


Revenir en haut
Skype
Karasu
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 5
Localisation: Là où le vent me porte

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 23:33 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Karasu rit. Il rit de la manière de la dame de lui parler, mais aussi de la manière qu'elle l'avait qualifier. Vilain oiseau....C'était plutôt l'ivrogne en tort. Enfin, il vida sa chope d'un coup, et la cogna contre la table. Puis, son regard descendi pour se planter dans les yeux de la....humaine? Non....renard? Non...Un espèce de mélange des deux? Surement. Ses yeux couleur whisky percèrent l'âme de la dame. Il commenca a tendre la main vers son épée contre le mur, mais les propos de la dame n'avait rien d'agresif, juste de la curiosité. Il remit donc la main sur la table, puis pensa. Devrait-il lui répondre? Est-ce qu'elle le connaissait seulement? Que voulait-elle? Enfin, il ne saurai rien si il ne parlait pas.

-Et moi j'ai entendu dire qu'une mignone petite renarde était curieuse. Ce barman n'avait aucune classe, peut importe ce a quoi vous ressemblez vous avez quand même droit au respect. Je souffre de ce manque de respect dans la société tout comme vous. Il y avait un ivrogne qui voulait me déplumer. Et....bien, il a essayé. Et puis, il en résulte une taverne vide, mais plus de paix pour les êtres "extraordinairements méchants", comme vous et moi.

Il avait mis l'enphase sur ces derniers mots, pour faire sonner le sarcasme dans sa phrase. Le peuple, les humains, n'aimaient pas tout ce qui n'était pas normal. Ou juste différent d'eux. Exterminer, détruire. Seul ces actions apportaient la paix. Enfin, il se reprit

-Je ne sais pas pourquoi vous êtes la. Mais vous me parlez sans vouloir m'aracher la tête ou déplumer mes ailes, ou me renvoyez d'où je viens. Je peux vous payez un verre, une assiète, quelque chose qui vous ferais plaisir? N'importe quoi pour continuer la conversation avec vous. Et en passant, moi c'est Karasu. Ange d'apparance et humain d'élevage. Magicien de métier, ou plutot élémentaliste. Comme vous le voyez.

Il fit un leger soruire, puis baissa les yeux vers sa chope. Ah oui, vide! Il cria au barman qu'il voulait une nouvelle chope. Il demanda du whisky cette fois. Portant le liquide ambré a ses lèves, il arrêta de boire et esquissa un sourire pleine dents a la dame. Renarde, juste pour les oreilles. Peut-être le comportement. Mais il l'aimait bien, elle n'était ni folle ni agressive, juste curieuse. Il prit une autre gorgé et grogna un peut quand le liquide passa dans sa gorge. Puis, il attendit la réponse.
_________________


Revenir en haut
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Mar 1 Déc - 21:56 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant



Fainn écouta attentivement le récit de Sylve. Ce qu’elle expliqua, ne le surpris pas. Il savait depuis le début qu’il ne s’agissait pas de lui dans cette histoire, ce n’était pas à lui de sauver la monde d’Hovern, seulement d’aider cet élu dans sa tache. C’était donc une légende lycanne. Fainn connaissait peu cette race, mais Isola était une pierre très puissante, et très dangereuse. La seule qui pouvait détruire cette pierre, c’était Sylve . Elle seule avait le pouvoir de la détruire. La mission de Fainn devenait évidente : Protéger Sylve.

La nuit était si calme. Wilde tomba de sommeil peut après ces explication. Enoria quitta la pièce. Fainn et Sylve restèrent à deux dans la chambre, éveillés, plongés dans leurs pensées. Le grand guerrier se rappela tout ce qui s’était passé depuis le début de cette quête : sa rencontre avec Sylve et ses compagnons, la vérité sur son enfance et son mentor, l’avenir qui les attendait tous… Parfois, il se disait qu’il fallait peut être arrêter de se battre.
Les heures passèrent, rien ne changeait. Fainn se remotiva, s’attachant à ce qu’il avait de plus chère à se jour : ses compagnons. Il regarda la jeune Sylve qui commençait à tomber de sommeil et lui dit :

-    Tu devrais dormir, je vais surveiller la chambre. Demain, nous nous rendrons dans les terre Démoniaque. Nous trouverons quelqu’un pouvant nous indiquer où se situe la pierre sur notre route, ça ne fait aucun doute [Karasu]. Nous partirons tôt, dors quelques heures, ça te fera du bien.


La lycan obéit, et alla se reposer un peu. Le guerrier resta seul éveillé dans la chambre, adossé au rebord de la fenêtre, il fixa le mur devant lui faiblement éclairé par la petite bougie, se perdant dans ses plans de batailles.

« Je n’aurais pas le choix, je vais devoir libérer la totalité de la puissance de Kurak. J’ai un peu peur devoir ce que ça va donner…Enfin, je suis devenus plus fort depuis 2 ans. Ca sera surement moins chaotique. »


Fainn savait quel était le combat qui l’attendait, il se préparait à combattre. Andromad allait revenir, et ce combat était le sien. Se battre pour laisser assez de temps à Sylve pour trouver et détruire la pierre, tel était la mission d’Enoria, Wildes et Fainn.
La nuit passa, et le jour se leva. Fainn ressangla sa ceinture, remit son épée sur son dos, et avança dans la salle commune. Ses deux compagnons s’equipèrent aussi, et le suivirent. Enoria était dans la salle commune, avec un drole d’energumène.

-    Enoria ? Qui est ce drôle d’oiseau avec toi ?

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Jeu 3 Déc - 18:04 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Enoria ricana doucement.

* "Une mignonne petite renarde" hein?  Ahaha il me trouvera peut-être moins mignonne s'il savait réellement ce que je suis.*

 - Qui vous dit qu'habituellement on me manque de respect? Et je ne suis pas vraiment un renard je pense... Je ne vous trouve pas correct de mettre toute la société au même niveau... J'ai connu... je connais des humains qui sont tout à fait respectable et respectueux de ce qui les entoure, et qui sont tolérant. Certains d'entre eux sont peut-être immoraux et ne mérite pas de vivre à nos yeux, mais qui as le droit de décider de ça? Au fond de la plupart d'entre eux se trouvent les mêmes choses et souvent les crimes sont motivés par les mêmes choses: pour protéger les êtres aimés, apaiser le chagrin d'une perte en forçant les autres à souffrir autant que nous, pour se venger de rejets qui eux même sont à l'origine de la première raison souvent. Ils craignent l'inconnu, et s'en défendent comme ils peuvent, je ne les blâmerai pas.

Plongée dans ses réflexions quelque instant, elle leva par la suite les yeux vers le dénommé Karasu, pour s'assurer qu'il n'avait pas mal prit ses paroles. Cela n'avait pas l'air d'être le cas, il était impassible, mais peut-être cachait-il seulement ses émotions. Elle reprit sur un ton plus apaisé:



- Les miens me prénomment Enoria, connue parmi les Hommes en tant qu'éclaireuse. Je ne manie pas la magie, un bon trait bien ajusté peut faire aussi bien alors pourquoi m'embêter?


Elle fut interrompue par l'arrivée de Fainn qui s'adressa à elle brièvement. Elle ne répondit pas vraiment qu'aurai t-elle pu dire alors qu'elle même ne savait pas vraiment qui était l'autre. "Quelqu'un, personne, qui sait..." furent les seuls mots qu'elle lâcha à demi souriante. Elle discuta un temps avec Karasu, expliquant brièvemment qu'elle se trouvait ici avec trois autres personnes pour une quête dont elle ne pouvait pas vraiment révéler le but - jamais on n'était trop prudent-. Elle mentionna juste la pierre d'Isola et s'en tint la. Fainn se tenait non loin, entendant probablement la conversation. Au regard qu'elle lui lança il dût comprendre que si elle n'avait aucun préjugé sur Karasu ce n'était pas pour autant qu'elle lui faisait confiance.

*Et après tout ce dicton vaut dans tout les domaines ' moins on en dit mieux on se porte'...*


Aux lueurs de l'aube l'humain alla réveiller Sylve et Wildes, le temps qui leur était impartis pour cette mission pouvait s'abréger d'un instant à l'autre, autant être prudent. Leurs affaires prêtes ils étaient sur le départ. Enoria fixa l'ange devant elle de ses yeux émeraudes... au point où ils en étaient, et puisque les autres pouvant détecter l'aura ne semblaient pas inquiet, elle pourra peut-être se permettre de... oui.

- Je suis contente d'avoir fait ta connaissance. Mes amis et moi même nous rendons à la frontière des terres démoniaques. Je suppose que ce n'est pas ta direction mais si cela t'intéresse ce serait avec plaisir que je ferai un morceau de chemin avec toi. Je dois dire que... tu m'intrigues, j'ai beaucoup voyagé malgré mon âge qui n'est pas tant avancé, et jamais auparavant je n'avais croisé quelqu'un de ton peuple ailleurs que dans les récits qu'on en fait. /color]

Sans attendre de réponse la métamorphe lui adressa un sourire puis sortit de l'établissement à la suite de ses amis.


[HRP: Karasu voit avec Fainn je pense pour un rôle plus précis que tu pourrais tenir, moi je dois juste faire avancer la quête ^^ je me suis arrangée comme tu le vois pour que tu puisses nous suivre, mais j'peux pas rester X post à parler avec toi pendant que les autres attendre :] Enjoy']


Revenir en haut
Skype
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Sam 12 Déc - 12:24 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Un ange ? Sylve le sentait. Alors qu'elle dormait encore, une force incroyablement claire semblait brûler son coeur de Lycan. Elle n'avait jamais vu d'ange. Les anges déchus étient monnaie courage par delà ses terres natales, mais pas les anges à proprement dit, non. Pourtant, la jeune Stern savait parfaitement à quoi elle avait affaires. Oui, un ange. Une douceur trop grande pour être sincère, une blancheur trop divine pour qu'elle ne l'affecte pas. Un ange.

_Je hum... salut.

Adressant un bref signe de tête à ses compagnons retrouvés, Sylve se sentait encore plus gênée que la veille. Elle les avait laché, mais dans leur insouciance passagère, les avait probablement sauvé. Se relevant de son lit de fortune dur comme du bois, elle fit quelques étirements afin de remettre sa silhouette endoloris en état. Ses cheeux roues soyeux ne semblaient pas emmêlés, et ainsi elle s'isola quelques secondes dans la pièce voisine afin de faire sa toilette qui ne prit pas plus de quelques minutes. Ainsi fraiche et foisonnante, l'étrange lycan revint, toujours avec ce poid divin sur le coeur.

_Un ange ? Il va falloir qu'on m'explique à mon tour...

Fermant rapidement ses paquetages eten effleura son artefac sacré du bout des doigts, Sylve ferma les yeux un instant. Antoine. De sa demeure magique, il devait pester, à coup sur. La jeune Lycan rousse espérait. Oui, elle espérait que le puissant mage aujourd'hui épuisé puisse retenir son amour encore quelques temps.



Nomos, bas quartiers.

Un vieil homme emmitouflé dans sa cape à capuche avançait d'un pas zèle etfrais bien que petit et ratatiné. Même si son visage était camouflé, personne n'aurait pu juger de son âge: Vieil homme bien conservé ou bien jeune homme boiteux ? Quoi qu'il en soit, il ne devait pas se faire reperer et suivre calmement et discrètement les traces des pseudos aventuriers qu'il espionnait. Sondant la magie encore présente en lui et foisonnante, le prénomé Antoine en contint le maximum qu'il pouvait afin de flairer les traces de sa promise. Oui, bien qu'il état surpuissant en terme de magie, seule la coquillle terrestre le contraignait. Il devait avoir tout juste trente cinq ans, et il en demeurait au moin ent cinquante. Mais sa jeunesse à lui, demeurait en Sylve. Si elle mourrait, l'ancien mage noir serait capable du pire, il le savait...


_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 15:16 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant


Fainn était fatigué des imprévus. Ils allaient bientôt se mettre en route pour les plaines démoniaques quand un homme étrange se présenta à eux. Apparement, Enoria le rencontra en 1er, ce n'était pas un simple homme, mais un ange. Fainn le dévisagea de la tête aux pieds, il n'avait pas l'air fort, et pas très intelligent, mais chacun d'entre eux avait prouvé sa valeur, -il se tourna vers Wildes-

-Hum.. Je suis désolé Karasu, mais je ne vois pas à quoi tu pourrais nous servir. Nous partons pour les plaines démoniaques. Je ne suis pas sur que ce soit l'endroit parfait pour un ange.

Le guerrier s'en alla, le groupe le suivit tout de suite après. Enoria semblait un peu choqué de la réaction du guerrier, mais elle ne dit rien, comme à son habitude.

-Nous devons trouver cette pierre, connaissant l'armée démons, je suis sur qu'elle doit être dans un endroit très bien gardée.

L'ange, qui n'était pas très loin, entendit la phrase du guerrier et se rapprocha avec un petit sourire de coin.

  • Apparemment vous ne savait où se trouve se que vous cherchez? J'ai des informations qui pourraient vous être utiles, moyennant bien sure une contribution...
  • Qu'attends tu? Parles!
  • Ça ne marche pas comme ça, permettez moi que je pourrais venir avec vous si je vous donne mes informations
  • Pourquoi veux tu venir avec nous?
  • .. j'ai mes raisons...
  • Très bien, je te promets que tu pourras nous suivre.
  • -Héhé... Alors, je ne sais pas si l'objet que vous cherchez est la, mais il y a une forteresse au sud... Hum, comment la ville s'appellait déjà? Moda...Mada....a Oui voilà!! Manda. Il y a une immense forterresse, garder par des centaines de démons. Je n'avais jamais vue un tel dispositif de défense, ils doivent cacher quelque chose de valeur si vous voulez mon avis.



Le guerrier fut interpelé. Manda était une petite ville, la 1ere qui fut détruite par les démons lors de la guerre. C'était une ville dans les plaines, à l'est de Dakota. On était bien à 2 semaines de marche... C 'était long, il faudra surement encore s'armer de patiente. Mais le guerrier savait que le chemin serait sur jusqu'à l'entrée des terres chaotiques, ça leur laissé plus d'une semaine de répis avant que ça se corse.


Fainn regarda Karasu, et accepta qu'il les suives, leur objectif était la forteresse de Manda. La-bas se trouvait peut etre la pierre d'isola. Mais aussi l'ennemis juré de Fainn : Andromad. Il restait encore l'armée démoniaques.. Nul ne sait se qu'il se passera, une fois que Sylve aura détruit la pierre, mais une chose était certainne : quoi qu'il arrive, la puissance des démons sera fortement diminuée.


Fainn et ses compagnons quittèrent Nomos, d'un pas sérieux, ils savaient tous vers quoi ils allaient : un terrible combat qui pourra leur être fatal...


[HRP] Karasu passe du mode PJ au mode PNJ.

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Karasu
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 5
Localisation: Là où le vent me porte

MessagePosté le: Lun 21 Déc - 22:15 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

[HRP:] Attends un peu comment ça je passe en PNJ?? Moi je voulais vous retrouver a l'entré des plaines en premier, t'a pas vu mon message dans le chat? Je ne suis pas du tout d'accord avec le dernier message que tu a posté Fainn

Edit by Fainn : Escuse moi Karasu, je n'avais plus de nouvelle depuis un moment, donc pour pas faire stagner le rp j'ai fait cela. Ca nous arrange pour la fin de faire comme ça, peux tu faire avec?

Karasu redevient un PJ, mon post est donc une exception pour débloquer l'histoire.

_________________


Revenir en haut
Wildes
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 14

MessagePosté le: Sam 2 Jan - 01:47 (2010)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Gabriel regardait le drôle d'oiseau du coin de l'œil.
Peu de repos et la perspective du voyage qui s'annonçait ne pouvais saper un moral tel que le sien, mais la vue de cet être le troublait, le fâchait.
Ce n'était pas tant ces plumes que son air arrogant et sa mine peu avenante, supérieure.
"Ange". Mais ce n'est pas ça un ange. Angelos. Messager.
Quel message nous apportes-tu, toi qui te réclame victime, toi qui te fâche du comportement des autres et te plains de leur violence quand tu les foule du talon ?
Ses ailes n'étaient pas plus étranges que les oreilles d'Enoria, mais ses prétentions troublantes. Son attitude en général. Son air faussement affable en particulier.
Jugeons les juges.

Petit déjeuner rapide à l'écart de la discussion.
Gabriel jouait avec les pièces de sa bourse.
Étalonnées sur le poids du minerai de composition, les monnaies courantes naviguaient aisément entre les contrées et chaque fis qu'il plongeait la main dans la bourse, il en ressortait toujours avec une pièce différente.
Un Croc de bronze de Nomos. Classique.
Un Gland de Sinakaa. Une Fourche de Anata. De l'argent.
Une Pioche d'Opala. Un amalgame fourbe : en or, en apparence et en poids, mais il serait idiot de penser que les nains puissent n'avoir pas tricher sur une seule de leur pièce.
Une Couronne dorée de Maîrale. Nostalgique.
Petite pensée aux temps passés et aux longues corvées de pain.
Mouais.
Ils repartaient, pour un certain temps encore, mais au moins c'était plus à lui d'aller chercher le pain. Na !
Les terres démoniaques ? Un endroit sans de telles corvées ne pouvait pas être tout à fait mauvais.
Non ?

[fallait bien un qui l'aime pas :P]

_________________


Revenir en haut
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Jeu 21 Jan - 18:45 (2010)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Et le voyage reprit, la lassitude se faisant sentir.
Depuis combien de temps étaient-ils partis? L'avaient-ils fait utilement?
Marcher, encore et encore.
Se cacher et éviter les combats...
Avancer, toujours plus rapidement, toujours vers une menace plus grande.
A bout de nerfs.

Le décors était de plus en plus hostile... les points d'eau accessible sans danger plus rare. Enoria passait ses journées à soupirer discrètement, trop pour être toujours entendu. Ils parlaient peu, comme d'habitude... Karasu n'était pas vraiment intégré, et elle était trop lasse pour bavarder avec lui, se contentant de lui adresser de temps en temps un petit sourire. On n'avait pas besoin d'être heureuse pour sourire, elle l'avait compris depuis longtemps, et puis ça sauvait les apparences...
Elle ne connaissait pas les régions qu'ils empruntaient, ainsi elle restait aussi discrète que possible lorsqu'elle prenait sa forme animal... même si c'était plus car cela lui accordait un peu de réconfort que pour la sécurité des autres. Peu importe, on est pas non plus obligé de dire la vérité, il y a juste à se taire, pas même à mentir.

Tout leurs espoirs se fondaient sur des légendes.
Leur destination se fondait sur des dires jamais vérifiés.
Leurs pas les menaient dans la réplique des gueules des enfers... mais sur Terre.
Vraiment joyeux tout ça.
Un, deux, quatre, huit jours...
Ils étaient proches, peut-être était-il temps de reparler d'un plan, quelque chose de concret s'entend. C'est ce qu'elle dit aux autres en revenant de sa balade sous forme animale. Quelques mots, pour sceller le destin de l'éventuel sauvetage du monde.
Magnifique.


Revenir en haut
Skype
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 17:09 (2010)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

...Leur voyage touché à sa fin. Après deux semaines de marche, le groupe arrivait aux limites des terres démoniaques. On voyait quand plus on regardait vers l’horizon, et plus le ciel devenait sombre et rouge sang. La végétation semblait ne plus pousser, seulement de la cendre et des terres arides. Fainn qui était à la tête du groupe, se retourna pour voir ses compagnons.

-    Mes amis, bienvenue dans les terres délaissé de l’empire démoniaque.

Un orage sombre éclatait dans le ciel, étrangement, il ne pleuvait pas, on entendait le tonnerre, mais on ne voyait pas la foudre. Un sentiment très pesant se faisait ressentir. Personne n’était à l’aise, cela se voyait sur le regard de chacun, peut être même encore plus sur celui d’Enoria, ce n’était pas trop son genre d’endroit, mais en tant qui Pisteuse, elle allait pouvoir les guider jusqu'à Manda sans se faire repérer. Fainn se rapprocha deux, et s’agenouilla pour leur expliquer le plan d’action.

-    Nous y sommes enfin. Je ne veux pas vous cacher que tous ce que nous avons vécu jusqu'à maintenant, c’était de la rigolade. Nous rentrons sur le territoire des démons, les combats que nous allons livrer ne seront plus contre de simple éclaireur ou soldat.


Il regarda chacun droit dans les yeux, mais aucun d’eux ne sourcilla, même pas le jeune Wilde qui semblait avoir prit pas mal d’assurance depuis le début de la mission. Fainn lui sourit et continua :

-    Sylve, tu es sans doute la seule à pouvoir sauver Hovern en détruisant la pierre d’Isola, seule toi peut le faire. Notre mission à tous sera de te protéger jusqu'à se que tu arrives jusqu'à la pierre. Vous vous souvenez d’Andromad ? Je sens sa présence… Il sera la, et nous attendra. Je reste persuader que les 6 autres seigneurs de guerre seront la. Méfiez vous, même si Andromad est le plus puissant, les autres seront aussi redoutable, si vous tomber dessus, il faudra être très vigilant.

Dans les paroles de Fainn, chacun compris que le groupe serait forcé de se séparer pour accomplir la mission.

-    N’oublions pas que nous avons perdu un frère d’arme dans cette quête. Nous devons lui faire honneur. Je pense être le seul à pouvoir affronter Andromad, si jamais nous le rencontrons, ce sera mon combat, il faudra que vous continuez sans moi.

Il se tourna vers Enoria :

-    Nous comptons sur toi pour nous emmenez jusqu’au château de Manda, nous te suivrons. Une fois là-bas, il faudra que tu escorte Sylve, jusqu'à la salle de la pierre. Wildes et Karasu, se sera la même chose pour vous, en espérant que notre groupe ne sera pas séparé…


Même si il était évident que ce sera le cas.

Le guerrier regarda chacun de ses compagnons, tous décidé malgré tout à ce battre et a finir cette guerre. Après s’être mutuellement encouragé, le groupe partit au pas de course, suivant Enoria. La vigilance devait être absolue. L’orage dans le ciel couvrait le bruit de leur pas, mais ils devaient rester prudents.
 
 
Peut importe la fin de cette épopée, nous en étions très proche…
_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Ven 22 Jan - 17:56 (2010)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Trop proche, peut être.

Sylve n'était pas fatiguée, bien au contraire. Elle se sentait pousser des ailes, mais malheureusement pour son être, des biens moins conrêtes que celles de Karasu. Elle trouvait cette épopée si minime et bon train qu'elle jugeait parfois, dans ses nombreux silences, de son importance. Et tout toutes ces conneries n'étaient que fables ? C'était fort probable. De plus, elle n'aimait pas l'air que prennait Fainn. Ce n'était pas par pur orgueil Lycanthrope, mais par fougue soudaine. Elle n'était qu'un pion du destin, tout comme ses acolytes. Elle n'était aps en vérité la pièce maîtresse de cette clique aventureuse, mais juste un sac de sang à trimbaler jusqu'à bon port. Peut être était-ce là son plus gros soucis: elle voulait se battre, elle voulait souffrir, elle voulait suer de tout son être afin de sauver un monde qu'elle n'avait, en vérité, jamais aimé. Elle le fesait pour Antoine. Uniquement pour lui. Au fond de son coeur, la Stern aurait aimé -plus que tut probablement- apprendre les vraies valeures de l'amitié, le signe de l'unité, mais les trop grands silences avaient forgés en elle un chaos indescriptible. Elle avait soif de combat, mais non pas de mort, soif de quête, mais non pas du butin. Elle voulait se sentir autre, et elle ne trouvait se réconfort que ses infimes dagues de tueuse en main.

- Bon. Vu le niveau abracadabrantesque de nos ennemis jusque là, ils vont sortir enfin les crocs pour sauver la face je pense... Ca pue la fierté et l'orgueil ces bestioles là. On va probablement rendre l'âme, donc je dirais: Qui m'aime me suive !

Remarquant que sa plaisanterie était de mauvais goût, Sylve ne broncha pas, continuant de sourire sadiquement. Elle savait que l'amour n'avait rien à voir avec leur présence dans ce pays pourrit de haine et de noirceur. Ils fallaient qu'ils agissent, et maintenant. C'était une course folle contre les ennemis omniprésent, tantôt sous le regard de la lune noire, tantôt sous le sombre soleil...
Sylve tira une lame de son infime paquetage, et se taillada les paumes. Cette pratique courante ne manqua pas à quelques reproches silencieux dans l'atmosphère funèbre des acolytes de flotter lugubrement. Le sang coulait doucement et peu, semblant bouillir au contact de la peau de la Lycanthrope. Faisant bien attention à ne verser aucune goutte de son liquide vital sur le sol, la Stern joignit ses deux paumes à plaies ouvertes, fermant les yeux, frisson dans la nuque. Il fallait qu'elle se concentre, afin de canalyser ses pouvoirs invisibles. Tels étaient les pouvoirs lupins ancestraux: ils ne laissaient aucunes fragmentations magiques et élémentaires dans l'air, le sol ou bien l'eau.
Les petits yeux agréables de la flamboyante fixèrent un point fixe, avant de détourner son regard vers ses propres pieds.

- On ferait mieux de se mâgner, ils sont déjà un peu partout.  Ils sont maîtres de la moindre poussière organique foulant leur chienne de terre.

Sylve Stern ne dit jamais mieux. En effet, fendant le ciel de son courroux d'acier, les ailes de l'enfer se déversèrent comme un manteau de fleurs mortes sur la compagnie. Une étrange créature, d'au moins cinq mètres d'envergure dégageant une margnétisante énergie rompait le silence de pierre. Un dragon. Un immense dragon. Sylve fendit ses paupières avec arrogance, scrutant encore plus intensément l'horizon. Deux, trois, quatre... Les chimères ailées venaient avec fougue et ténacité vers les acolytes, les piégeant vers l'intérieur des terres. Futés.


_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Mar 23 Fév - 18:13 (2010)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant


Le sang du guerrier se glassa dans ses veines.


        - Non… C’est impossible, ils sont déjà la ! Ils sont cinq… Les seigneurs démoniaques. On ne pourra rien faire contre eux en même temps, courrez !

Le guerrier prit la tête du groupe ? ils dévalèrent la montagne de la quelle ils aperçurent leur ennemis fendre sur eux. Leur seule chance de les battre, c’est de les prendres un par un. Et encore, cela ne sera pas choses facile : la puissance de ces démons dépasse l’entendement. La force humaine seule ne serait pas capable de rivaliser contre eux.

Le petit groupe s’engouffra dans la forêt d’arbre mort aux feuille mortes. On ne voyait plus les dragons, fidèle monture de leur maitre. On entendait simplement le bruit de leurs ailes claquer l’air juste au dessus de leur tête.

        - Notre seul chance de les semer, ces de se séparer… Sylve, tu dois continuer vers le château ! Fait attention a toi, ils savent que nous sommes là à présent. Mais peut être ignorent-ils notre but. Wildes et Karasu, suivaient la ! Protégez la aux périls de votre vie ! Enoria, viens avec moi, j’ai un plan.

Même si c’était à contre cœur, le groupe se scinda en deux. Sylve s’enfonça dans la foret avec Wildes et Karasu. Fainn avait confiance en eux, c’était à eux de jouer maintenant. Il se retourna vers Enoria. La jeune femme semblait un peu paniqué, à croire qu’elle pensait qu’ils allaient tous y passer. Fainn lui sourit pour la réconforter, et il repris la course, lui faisant signe de le suivre.

      - Il va falloir attirer un maximum d’ennemie le plus loin du château, on va leur simplifier la tache. Il y a un camp militaire au pied de la forteresse. Il y aura surement des outils de siège là-bas. On va les utiliser contre le château, pour les faire sortir de la !

L’ennuis était que ce camp devait être rempli de soldat. Le combat s’annoncer rude. Peut être que deux n’était pas assez. Il faudra faire avec, la mission de Sylve est primordiale à leur vie.
Fainn et Enoria quittèrent la foret, ils se retrouvèrent dans une grande plaine. Sur leur droit, l’immense forteresse se dresser, en face, un immense camp, tout aussi sombre que le bâtiment principal. Les dragons ne semblait plus la, peut être servaient ils seulement à faire peur.

Les deux compagnons avancèrent discrètement vers le camp. Ils se cachèrent derrière un rocher pour étudier le site plus en détail.

     - Regard, j’avais raison : des catapultes. C’est parfait pour mon plan. Il faut les rediriger vers le château, et faire feu. Je pense que trois boulets suffiront à les faire tous sortir. Maintenant, le plus dure vas être d’arriver jusqu’aux armes de siège. Une idée ?

Le guerrier posa la question avec un petit rictus, histoire de dédramatiser la scène. C’est vrais qu’il ne fallait pas trop s’inquiéter, ils étaient quoi…500 soldats sur entrainés et sur équipés à protéger ce camp ? Il était claire qu’une méthode d’attaque de front n’était pas la bonne, il serait plus utile de se balader dans le camp librement.

Comme par le plus grand des hasard, deux soldat s’approchèrent d’eux, surement une ronde en vue de l’alerte de leur présence.

     - Voila notre chance ! Dit Fainn en souriant à Enoria.

La jeune femme décocha deux flèches, prit un peu de recule, et une fois que les deux soldats furent assez loin du camp, tira. Les deux flèches trouvèrent leur chemin à travers le cranes des deux démons, dans le point faible de leur casque.

Fainn traina les deux corps vers la forêt. Pour pouvoir piquer l’uniforme des deux soldat. Quand les deux compagnons finirent de mettre l’armure, non sans mal à cause de l’odeur particulière qu’elles avaient, Fainn remarqua qu’il aurait quelque ennuis a cause de sa taille et de l’armure un peu juste pour lui. A l’inverse, Enoria semblait flotter dans cette grande armure.

Malgré cela, ils pouvaient enfin avancer…
 

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:21 (2018)    Sujet du message: La pierre d'Isola

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Les aventures RPG >>> L'épopée d'Hovern Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 7 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo