Hovern Index du Forum
Hovern
Le forum RPG fantastique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
La pierre d'Isola
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Les aventures RPG >>> L'épopée d'Hovern
Auteur Message
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 20:12 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

A rester cloîtrer chez elle, la Lycan avait perdu la réalité du bon sens. Elle connaissait ce Pyron'tyr de nom; qui donc ne le connaissait guère ? Sa haine semblait éclatante et son égo se devait d'être démesuré; les démons sont toujours vaniteux et hautains, malheureusement tout comme les dieux. Sylve referma la paume de ses mains, ravalant ce flux d'énergie qu'elle savait si bien maîtriser avec le temps; c'était l'aura forte et de nature casi symétrique à celle de Sylve qui lui avait fait perdre ses moyens. Pourtant, leurs auras étaient fortes différentes, la souche était casiment a des décennies de magie, mais pourtant, un ingrédien important demeurait entre eux. La soif de sang. Non pas celle du corps, comme les vampires, mais celle de l'esprit.

Sylve toucha rapidement ses cheveux rouges-orangés. Ce pigment flamboyant était dû à ses victimes... Et au fur et à mesure du temps, si les morts ne s'entassaient plus sous elle, face à son courroux, ses cheveux blanchissaient très lentement. Mais cela ne se passait qu'au bout d'un certain temps, et la substance liquide qui émanait des cadaves de ses gibiers à quatres pattes suffisaient à sauver ce pigment vitale.

La jolie rousse ne dit mot, écoutant les paroles du guerrier. Celui ci prennait une posture de coq, près à défendre son poulailler. Mais détrompez vous, Sylve n'avait rien d'une poule, et encore moin d'un oeuf. Elle pouvait se révéler le prédateur. Mais elle se refusait ce mot, pensant que son esprit à l'apparence si naïf pouvait parfois l'être vraiment. Pourtant, le carnassier est très rarement naïf. Et sous ses traits de donzelle, la lune brillait si fort que son esprit se renforçait chaques jours. Elle apprenait à mieux connaître le mal si pure à la fois qui sommeillait en elle.

Que dire, lorsque deux Berzeks ce lançaient de tels foudoiments du regard ? Rien. La Lycan se permit même le geste déplacé de savoir et de grignoter quelques petits pains. Elle avait faim, et ce ne serrait pas deux mâles en manque de combat qui allait lui en empêcher. Les deux puissants guerriers la regardère, légèrement désemparé. Ce n'était pas péjoratif de leur par, car le geste de Sylve aurait pu se traduire par de la simple idiotie. Pourtant, c'était loin d'être cela. Juste pour montrer que sous l'aube naissante, les alliances seules pourront durées, sous ce soleil rouge naissant, seules les routes communes avaient un sens.

_Pourquoi laisser une armée entière en arrière ? Je pense et suis même sur qu'il n'est pas fiable. Mais je ne le suis peut être pas non plus.

Sylve pensait que la réputation seule ne suffisait pas. Y a il un démon roux, dans vos grimoires ?


_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Publicité







MessagePosté le: Mer 2 Sep - 20:12 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 20:50 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Pyron sentit que la jeune femme se moquait de lui... Enfin pour le moment elle n'était pas le sujet de sa préoccupation. Il était plus pressant de mettre Loxbow mal à l'aise. Cette gamine aura encore tout le temps de souffrir plus tard.

- Je suis si célèbre que cela ? fit Pyron faussement gêné. A tel point que même le grand Fainn Loxbow me connait... Il m'a dalleurs étonné que vous ne fûtes pas arrêté à Yab. Enfin il faut dire que mes pitoyables frères humains ne valent rien en matière d'investigation...

Le semi-géant ne répondit rien, comme s'y attendait Pyron... Il attendait visiblement le départ ou l'attaque du criminel.

- Enfin... Qui as dit que je souhaitais me battre... Je dois avouer que les combats faciles ne m'intéresse pas... Vous n'avez rien à craindre de moi. Pour ce qui est de l'avis de recherche, j'ai du commettre deux des crimes dont on m'accuse...

Pyron sentit comme un courant de doute traverser l'esprit des deux voyageurs. Il cerna la méprise rapidement.

- Pardonnez moi... Les mots n'exprime pas toujours la pensée... Je dirais plus tôt qu'il m'accuse des mauvais crimes.

Cette fois ce fut un vent de malaise qui arrivât. Loxbow eu une déglutition bruyante... La gêne se lisait dans son regard... La peur n'avait pas la place dans le coeur d'hommes tels qu'eux.
Pyron fut satisfait de la réaction et continua.

- J'aurais pu passer mon chemin en vous voyant, mais je ne peu résister à l'appel de bivouacs dans un esprit de camaraderie... C'est pourquoi je souhaiterais vous accompagner dans votre voyage...

Il falait maintenant laisser le temps de la réflexion à ses futurs jouets pour ne pas les brusquer. Il se douteraient qu'il y gagnerait son compte, mais il ne se doutaient pas duquel... Il se méfieraient de lui à toutes heures, et ils avaient raison... Mais il préfèreraient l'avoir avec eux, sous leurs yeux, plutôt que derrière eux... Il fallait juste insister...

- Par contre je me permettrais de vous contredire sur un point... Les animaux tuent pour une et une seule raison, leur survie... Et je ne suis pas un des leurs... Par contre les humains tuent pour toutes les autres raisons possibles, la frustration étant une des plus fréquente...

Il n'y avait plus qu'à laisser faire la raison.

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 16:46 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Pyron semblait fort sur de lui, il semblait persuadé de pouvoir les suivre sans qu'ils ne puissent dirent quoi que ce soit. Le plus tragique, c'est que c'était vrais. Cet homme était dangereux, et très malséant. Le surveiller serait surement plus juste, mais c'est aussi lui laisser l'opportunité pour lui de les piller et de les tuer pendant leur sommeil. Aucune "bonne" solution apparaissait dans la tête du géant. Le plus intriguant, c'était que l'assassin leur forçait la mains pour les aider. C'était le plus étrange, qu'est-ce qu'un homme comme lui pourrait trouver de lucratif à ce genre de quête?

- Tu te crois malin, sache que nous n'avons pas peur de toi. Nous avons l'intention de nous en prendre à bien plus féroce et démoniaque que toi. Je ne te connais que de réputation, mais si tu es seulement la moitié de ce que les avis disent de toi, alors tu pourras nous aider.

Il s'approcha de l'assassin qui apparemment ne tenterait rien et lui dit d'un ton froid :

- Cependant, fait seulement un seul geste de travers vis à vis de nous, et je te promet que je te tue.


Le guerrier n'avait nullement envie de se laisser intimider par ce genre d'homme. Le soucis, c'est que c'est comme ça qu'il fonctionne : plus on lui tiendra tête, et plus il voudra se battre. Cette assassin n'était pas forcement la meilleur chose qui pouvait arriver au groupe, mais ce ne sera surement pas la plus mauvaise. Fainn accepta que Pyron les rejoigne, malgré le danger que cela comptait. Il rengeant le petit bivouaque, et rapella Eagole de la même façon que dans la soirée précédente. Un peut frusté de ne pas avoir pus se reposer, le guerrier attendit que ses compagnons soient prêt, puis ouvrit la marche. Cinq jour dans les montagnes les attendaient, rien de bien dangereux, à part des sentiers étroit et des bêtes sauvage, mais le voyage semblera surement long avec cette Aura démoniaque qui flotte au dessus du groupe. Fainn Attendait impatiemment d'arriver à Maîrales, là où il avait grandit...

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 17:07 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Roches, sentiers, touffes d'herbes; roches, sentiers, touffes d'herbes... Ainsi était encré dans leurs mémoires ce rythme aussi vivace que celui du coeur. Le semi-géant se tenait toujours à l'éccard, observant d'un oeil froid leur machiavélique compagnon, ne se souciant guère de la Lycan. Et cela était tant mieux; ce faire épier par cette armure de glace n'était pas déstabilisant, mais juste anonciateur de conflits. Il avaient le sang chaud, et quelques petites foudres pouvaient facilement attiser sa colère tels des braises devenant feux et rage.
La jeune femme ne cessait de se répéter l'instant ou pour la première fois la pleine lune avait concrétiser son pouvoir, il y a deja quelques mois. C'était alors comme passer de l'enfance à l'adulte brutalement; toutes ses victimes revenants sur le marché, l'engloutir dans un tourbillon de sang. Elle se sentait respondable, mais ne disait rien, de peur que ses faiblesses les plus intimes soient mis à jour. Car malgré ses meurtres inconcients, les victimes n'étaient pas tous de purs innocents.

Ne disant mot, toujours perchées sur son destrier Dan, elle refesait son inventaire en silence, tout en gardant un oeil dans le decord. Il y avait toujours une erreure qui perturbait son attention, mais ne savait pas quoi. Peut être était elle tourmentée par cette tension omniprésente dans leur groupe insolite ? Elle n'en avait rien à débattre, non pas que seule sa petite personne l'importait, mais que les deux individus devant elle l'a prennait pour la pouliche en détresse, la fifille mise de côté. Telle était son ressentie, et elle ne l'appréciait pas.
Mais peut être que si elle gardait ce masque, ils accepteraient de la garder plus longtemps ?

Elle ne savait pas où aller, mais devait brouiller les pistes au plus vite. Si ils s'avaient qu'elle était en conflit avec la Confrérie des Nuages... cela ne ferait qu'empirer la situation. Sylve se résolut donc à mettre sous silence cette nouvelle facette de sa propre vie, tout comme ses dons lunaires.

Sortit de sa révêrie et de ses réflexions brusquement, Sylve huma l'air discrètement. Celui ci empestait la chaîr en décomposition, et l'ortie bouillie, la dégoutant de plus belle.


_Humez moi ce rance si raffiné.

La Lycan sourrit désagréablement tout comme ses interlocuteurs, qui grimaçaient sous cet étrange odeur...
_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 18:09 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

L'air montagnard ne semblait pas apaiser les tensions dans le groupe. Il faut dire que Pyron avait forcé ses nouveaux compagnons à l'accepter... Mais ce genre de situation ne le dérangeait pas plus que ça, il était confiant et était persuadé de tout contrôler.

Il savait que Fainn ne le lâchait pas tandis que la jeune femme, qui se nommait Sylve, préférait rester plonger dans ses pensées. Les échanges verbaux entre eux étaient peu fréquent, ce qui rajoutait au malaise ambiant. Sans compter le nombre de fois ou Pyron mimait la folie comme si le meurtre le démangeait. Il fallait qu'ils se méfient de lui, car le jour ou il deviendrait incontrolable... Il ne fallait pas qu'ils se fassent surprendre.

Pendant trois jours, Pyron ne pensât pas à grand chose... Il se disait que Loxbow aurait du rester dans l'ombre plutôt que de s'obstiner à régler des conflits pour sauver la vie des quelques personnes qui l'avaient trahis. Quand à Sylve... Au lieu de courir les chemins elle aurait du séduire un noble et rentrer à la cour pour jouir de leurs privilèges. Quoi que pour une lycanthrope, cela aurait put poser problème.

Et que dire de lui même... Plutôt que s'obstiner à faire ce que personne ne tenterait, il devrait passer le peu d'années qu'il lui reste sur une île loin de tout... Mais la vengeance est un motif bien plus jouissif que la sieste pour justifier sa vie... Ils avaient tous trois leur raisons... Celle de Fainn semblait limpide, et c'est d'ailleurs ce qui allait poser problème...

C'est en plein milieu d'un après-midi couvert et frais que l'odeur commença à se faire sentir... Une forte odeur de cadavre en décomposition. Fainn et Sylve l'avait remarqués aussi. Pas étonnant vu la puanteur... Bizarement ce fut la lycan qui pris les devants. Pyron s'attendait à ce que Fainn lâche un : " Restez ici! " mais non. Les deux hommes ne se pressèrent même pas. Pyron savait déjà ce qui les attendait pour en avoir vu de nombreuses fois. Quand au semi-géant, les champs de batailles lui étaient familier, l'odeur aussi...

En passant derrière un aplomb rocheux, le spectacle devint immonde. Des dizaines de corps gisaient sur le sol, la plupart en morceau, d'autre calcinés, le tout rassemblé contre la parois rocheuse en un tas difforme. Les mutilés portaient les armoiries de Yab la grande citée. Une patrouille de soldats...

- Un charnier... siffla Pyron entre ses dents.

* Ça pue le démon à plein nez! * ajouta la voix féminine qui logeait dans son crâne.

Il était clair que quelques monstres démoniaques étaient déjà passés et semblaient s'en donner à coeur joie. Mais la scène rappelait trop de souvenir au jeune homme. Ses poings se serrèrent avec force, son air devint grave...

* Tu auras ta vengeance bientôt... Je t'y aiderait autant que je le pourrait... Mais reste calme... Ne laisse pas les souvenirs te faire perdre la raison... Pas maintenant... *

Pyron se mis à lutter contre la rage grandissante qui semblait naître en lui... Il ne devait pas se laisser aller maintenant...

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 19:20 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant



Déjà trois jours de passé, cela paraissait difficile à croire quand on voyait l'ambiance du groupe. La présence maléfique provenant de Pyron n'était vraiment pas porteuse à la décontraction. Mais c'était pareil pour Sylve, elle ne parlait pas, toujours plongé dans ses pensés. Fainn se dit que c'était surement pour combattre son envie morbide de massacre. L'ambiance était vraiment pesante, d'un autre côté, lui non plus n'était pas serein. Il voulait récupérer sa faute, se faire pardonner, à l'époque, il fut faible et il veut à présent montrer que ce n'est plus le cas.

Il marchait toujours en tête et pourtant, il ne sentit pas tout de suite l'odeur répugnante qui flottait dans les aires. C'est Sylve qui lui fit remarquer cela. La jeune femme s'avança un peu pour voir ce qu'il se passait et découvrit la première cet horrible spectacle. Fainn vit à la tête de Sylve que ce ne serait pas agréable à voir, en effet, quand il vit le massacre d'une dizaine de gardes de Yab portant la signature des démons, Fainn sentit les remords le submerger.

-Que... Que c'est-il passé? Les démons ne peuvent pas contrôler ces montagnes? Pas maintenant?

Un peu déboussolé, Fainn tenta de reprendre son sang froid, le fait qu'il puisse manquait de temps le paniquait. Pyron prit la parole, et lui montra que c'était une avant garde de démons, un petit groupe envoyé en éclaireur. Mais même en petit nombre, les horreurs que ces créatures étaient capables de faire étaient immonde. Pyron remarqua que ce groupe ne s'approcherait pas de Maîrales car il ne serait pas assez puissant, il n'y avait donc rien à craindre pour les habitants...Mais pour eux?

Le guerrier reprit son tempérament habituelle, il proposa de reprendre la marche. Il restait encore deux jours de marche, et avec cette nouvelle menace, il devenait impossible de faire des pauses. La bonne nouvelle, c'est qu'ils allaient arriver plus vite à Maîrales, mais très fatigué. Eagole était un animal magique, il soufrait peu de la fatigue, mais pas les chevaux des deux autres compagnons. Le voyage se passa très lentement, sans faire de grande pause, il fallait bien s'arrêter pour reprendre un peu de force, Fainn pressait toujours le pas, il ne voulait pas que la garde démons leur tombe dessus. Si ils sont envoyés si loins, c'est qu'ils doivent être assez fort pour survivre à n'importe quoi.

- Nous devons nous méfier, ce ne sont pas n'importe qui. Les démons sont des monstres sans cœur. Une dizaine de ces monstres serait capable de vous réduire un village en cendre. Ils ne connaissent pas la peur, ni la douleur. Si jamais nous les croisons, nous devrons fuir, sauf si le combat est inévitable.

Le temps restait clément avec eux, les journées étaient ensoleillées, les nuit fraiche, mais toujours claire. Le chemin qu'empruntait les aventuriers était réputé pour être sur. Heureusement pour eux, ces dires étaient fondés. Fainn, Pyron et Sylve s'arrentèrent. Enfin Maîrales, Le petit groupe n'avait plus qu'à descendre la Montagne et franchir les portes de la capitale des Hommes. Dans deux heures, ils seraient enfin arrivé. Fainn se sentit soulagé, la fatigue le rongeait, presque deux semaines sans avoir réelement dormit. Ils allaient se remettre en marche quand tout d'un coup, un rugissement d"moniaque survenue derrière eux. Fainn se retourna, les yeux grand ouvert, il vue le groupe de reconnaissance des démons arriver à la charge sur eux. Ils les avaient pistés. Pyron et Sylve comprirent qu'ils allaient devoir se battre, ils étaient prêt à dégainer leur arme quand Fainn leur fit un signe de la main.

- Arrettez! Je vais m'en charger. Vous deux, continuez jusqu'à Maîrales, une fois là-bas, chercher une jeune femme du nom de Enoria. C'est une excellente Éclaireuse. Elle aura peut-être des informations sur la pierre. Obéissez moi, je vous rejoindrais plus tard.

Le guerrier prit un air menaçant pour leur faire comprendre qu'il était important qu'ils partent maintenant. A trois, ils se feront tuer, aussi fort soient ils. Sylve et Pyron hésitèrent, mais Fainn décida de la jouer sérieuse. Il prit son épée dans son, il desserra la petite sangle en cuir qui libéra l'épée de sa protection de tissu. Le fourreau de l'épée était en Or blanc, incrusté de dizaine de joyaux et bijoux rare. Le manche de l'épée, était de même gout. Un pommeau en Or blanc, entouré de tissu et une garde incrusté de bijoux. Fainn dégaina, le bruit strident de l'acier frottant contre l'or résonna dans toute la vallée.

L'air plus que menaçant, Fainn reposa le fourreau dans son dos, et avant de foncer à corp perdu dans la bataille il dit a ses compagnons : Courrez....

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Jeu 3 Sep - 21:00 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Enoria était rentré de sa dernière mission il y a plusieurs jours déjà, et elle s'ennuyait. Elle qui aimait la compagnie se sentait bien seule dans cette grande ville d'humain. Elle avait beau avoir grandis dans une ville semblable, cela n'y changeait rien. Les gens avaient des mines sombres comme si les temps n'étaient pas vraiment heureux, ce n'était pas beau à voir. Elle soupira discrètement et passa une main dans sa chevelure rousse et blanche, à ce rythme là, c'est avec les fermes alentours qu'elle devrait s'occuper. Elle sourit à cette idée, dévoilant ses dents pointues. Elle était d'humeur joyeuse. La métamorphe sortit de la chambre qu'elle occupait depuis son retour sans ses armes. Personne ne l'ayant contacté et n'ayant rien à faire de particulier, elle avait décidé de s'offrir le loisir d'une petit promenade en forêt et pour cela moins elle serait chargée et mieux ce serait! Déjà que ses vêtements l'encombraient... Elle régla sa note au tavernier en lui commandant un verre d'eau. Même s'il avait rechigné au départ à lui servir ce qui pour lui, n'était même pas une boisson, elle payait sa chambre et il avait finis par accepter. Elle prit le temps de boire son verre tranquille puis  sortie. Un détour par l'écurie lui apprit que son cheval n'avait pas bougé.

*A même temps il va pas partir tout seul...*


Elle traversa la ville tranquillement, s'arrêtant pour regarder tout ce qui éveillait sa curiosité... autrement dit, s'arrêtant toutes les cinq minutes. Arrivée en lisière de la forêt elle se déshabilla dans un coin, mit ses habits là où elle les retrouverait facilement sans pour autant qu'il soit repérable puis se métamorphosa. Comme elle aimait le contact de la terre humide sur ses pattes! Elle émit un son qui ne mettait nullement en doute son plaisir, puis s'élança à travers les arbres, éclat rouge et blanc parmi la végétation brune et verte. Elle savait qu'elle n'était pas très discrète mais de toute façon, tant qu'elle ne s'enfonçait pas trop elle savait qu'elle ne croiserait personne. Au delà... qui sait? Elle ne s'y risquait pas. Elle passa plusieurs heures sous cette forme, chassant au passage histoire de manger un bout, même si elle n'avait pas très faim. Jouer avec les petits animaux étaient marrant, mais uniquement quand elle arrivait à faire le vide dans son esprit, sinon elle se sentait mal pour eux et la partie "d'amusement" virait plus à un jeu morbide qu'autre chose. Elle aurait passé encore des heures entières ici si son instinct de survie animale ne l'avait pas titillée. Pestant intérieurement elle fit tout de même demi-tour. Son frère lui avait sauvé la vie, elle avait promis de ne pas la gaspiller... Un pincement lui vint au coeur, comme chaque fois qu'elle y pensait. Cela passera t-il un jour? Elle était cependant poussée par la curiosité... Que pouvait-il se passer pour que ses poils se redressent sur son dos? Elle sentait pourtant qu'il était loin, ce danger. Elle se dirigea à contrecoeur vers ses vêtements où elle reprit forme humaine.
Voilà qui venait de gâcher sa journée songea t'elle. Elle était curieuse cependant de ce qui avait pu attirer son attention. Elle sentait que la forêt elle même était sûre, alors d'où venait-ce? et surtout elle craignait la nature de la chose, pour qu'elle le resente d'aussi loin. La curiosité l'emportant sur la sécurité. Elle récupera son arc et son cheval à la taverne puis s'en fut en direction de là où elle avait sentie l'insécurité.


*S'il faut partir, le cheval courra toujours plus vite que moi. *


Elle était curieuse oui, mais pas suicidaire, alors autant prendre des précautions minimale. Elle fut etonnée quand son instinc la mena à l'extrême opposée de la ville, du côté des montagnes. Elle n'aimait pas les montagnes... Premièrement les animaux qui y vivaient n'étaient pas bon, deuxièmement il n'y avait pas de vrai endroits où se cacher, et troisièmement elle avait décidé, un point c'est tout. Elle lança son cheval au petit galop, savourant l'air qui désordonné ses cheveux bi-colore, tout en restant méfiante. Elle avait apprit à être discrète sous sa forme humaine au fur et à mesure qu'elle servait d'eclaireuse à diverses personnes, sous sa forme animale c'était une seconde nature qui lui assurait la survie... Ce qu'elle aperçut alors la fit frémir. Elle ne voyait pas clairement les deux individus au loin, mais elle les sentait. Elle était sûre que ce qu'elle avait sentie venait d'eux. Elle les voyait se mouvoir assez rapidement. Elle s'immobilisa, il était trop tard pour qu'elle s'en fusse même si tout lui criait que ces deux là n'était pas des anges.

*Sale journée...*


Revenir en haut
Skype
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Ven 4 Sep - 18:27 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Sylve s'lança hors du combat naissant aux côrés de Pyron, tous deux indignés par l'attitude chevaleresque de Fainn. Ils se toisèrent tous deux, battant le sol de leurs pieds -ou bien de leurs sabots-, fonçant droit vers la ville, en quête de cette Enoria.

* Probablement une ancienne maîtresse... ou je ne sais qui. *

Les deux êtres continuaient leur course folle, rage au ventre, déception à point; car peut être était-ce leur esprit carnassier qui voulait tant de sang que ce combat leurs promettaient et qui les mettait à vif. Ils voulaient non pas montrer leur importance, mais jouir et assouvir cette soif casi sans fin.
Dan, l'étalon brun ne henissait pas et respirait confortablement, comme si la fatigue n'était qu'un point mort et ininteressant chez lui. Il était remarquablement vigoureux, et était un très bon investissement. Ses cuisses musclées portaient sans peine le maigre mais grand gabarit de la Lycan sans problème, acceptant même une certaine affection à la rousse. Il filait à travers le vent, se souciant plus de la stabilité de sa cavalière que de la sienne. Un vrai génie équin.

_Regarde la bonne femme là bas ! C'est la première que nous voyons sur la route de Maîrales !

Les mots de Sylve étaient clairs comme de l'eau de roche; elle était leur seule chance de peut être pouvoir trouver la dite Enoria à temps. Le temps était leur ennemi juré, et chaques heures passées les éloignaient de leur but, qui était d'ailleurs bien obscur aux yeux de la Lycan...

_Merde, regarde !

L'oeil rapide de Pyron se posa imédiatement sur le bas côté gauche, en lisière de d'un petit bois provinciale de Maîrales. Deux hideuses créatures des plus grotesquement laides sortirent des arbres, comme si la fôret elle même expulsait ces immondices au grand jour. Le combat semblait équitable, mais au fur et à mesure que les affreuses galopaient à leur encontre, elles semblaient s'agrandires... Leur peau n'était que Terre inconnue et desolation extrême, et leur crâne dégarnit un sommet rocheu pâle et crevassé à la fois.

Le combat s'engagea vite, et le premier à mettre cadavre à terre fut Pyron. Les lanières retenant son épée claquèrent, libérant une masse tranchante et métallique à l'encontre du cou de l'un des immondices, qui l'esquiva fuguralement. La seconde se jeta corps et âme -si âme il y avait- sur la Lycan rousse, qui hésitait grandement à libérer son pouvoir maintenant.

* Il est beaucoup trop tôt pour montrer que je ne suis pas que bonne en cuisine... *

Sylve contint alors sa magie Lunaire, sortant au dernier moment sa griffe artificielle, qui éborgna sa victime chauve. Tandis que Pyron'tyr plantait goulument son épée démoniaquement lourde dans le corps de sa proie, ses jambes s'arcquèrent et sautèrent en avant, s'élançant vers la bête encore debout,qui elle tenait son oeil litteralement explosé. Sa paupière déjà casi inexistante en temps normal convulsait et gonflait. Sa cavité orbitale crachait du sang à tout va, et son dernier oeil défigura Sylve.

* Chacuns ses faiblesse ma vilaine *

Se fut alors qu'une flèche rompant l'air et les bourasques présentent fila droit vers l'immondice. Les deux compagnons ne savait absolument pas d'où elle sortait, et eurent juste le temps d'entendre la créature rendre l'âme.

_La bonne femme du village.

Pyron et Sylve se retournère vers la -encore lointaine- ville de Maîrales. La femme qu'ils avaient vu précédement était arc en main, et semblait extrêmement furieuse.

_Enoria.
_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Ven 4 Sep - 21:06 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

- Pitoyable... Songea le criminel.

Il pensa cela pour deux raisons. La première est que la créature qu'il avait massacré n'était en aucun cas un adversaire retors. Il n'avait même pas eu à faire fondre son épée, juste à donné un grand coup barbare sans aucune classe.

La seconde raison était la flèche. Il détestait toute les armes qui n'amenait pas au corps à corps. Pour lui user d'une arme de jet était une preuve de lâcheté évidente. De plus il ne supportait pas que l'on s'invite dans un combat. Si cela avait été le sien il aurait foncé sur la femme pour la trucider... Mais Sylve ne semblait pas en vouloir à cette dernière.

Elle s'approcha de la bonne femme, Pyron serait parti sans lui parler, et la première chose qui sortit de la bouche de la Lycan fut un : Merci. Le criminel manqua d'exploser mais se contenta de penser:

* Pourquoi elle remercie une personne qui s'est invitée au combat alors qu'elle n'était pas en danger? *

Pour Pyron l'attitude de Sylve était déshonnorante au plus au point, mais ce n'était pas le moment de créer un conflit. D'autant qu'il avait quelques mots à dire à ce pseudo-chevalier et son pseudo-courage... Il aurait bien voulu casser du démon lui aussi... Et il détestait être mis au second plan.

Le tueur ravala sa colère et préféra se concentrer sur la bonne femme. Adulte, séduisante et apparemment sure d'elle. Une chose semblait pourtant la gêner, la mettant mal à l'aise. Comme si quelque chose l'empêchait de rester calme.

Pyron remarqua quelque-chose de particulier chez elle. Il n'aurait su dire quoi, mais quelque chose n'allait pas. Sa démarche ou sa posture peut-être... Cela lui échappait et il n'aimait pas ça. La jeune femme le mettait mal à l'aise.

- Comment se nomme la personne qui s'est permis d'intervenir? Demanda Pyron avec un ton hautain. Histoire que je sache qui nommer quand on me demandera un exemple de personne qui se croit tout permis...

L'intervention de la jeune femme lui était apparemment resté en travers de la gorge...

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 11:47 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Enoria n'avait même pas sentie les deux êtres vivants avant de les voir surgir vers les monstres. Elle s'en voulait profondément, c'était inadmissible. Elle soupira puis encocha une nouvelle flèche après celle qui s'était fichée dans la bête. On ne sait jamais ce que les gens vous veulent, autant être prudente un minimum. Elle les laissa approcha sans mot dire. Ces gens là non plus ne sentaient pas bon, au sens figuré lui sembla t-il. Lorsqu'elle les estima trop près elle fit reculer sa jument et descendit, arc toujours en main prête à tirer si elle l'estimait nécessaire. Elle avait entendu son nom, et cela ne plus plaisait guère non plus. Puisqu'elle ne les connaissait pas, comment pouvait-il la connaître? Elle les observa en silence. La femme avait sans nul doute une personnalité forte qui se ressentait dans ses gestes et dans sa posture. Elle avait un quelque chose animal également bien qu'Enoria ne pouvait en être sûre à 100%.

*Elle a une odeur particulière, si je pouvais me métamorphoser non loin, je suis sûre que je pourrai déterminer son origine... En tout cas c'est sûr, ce n'est pas quelqu'un de commun.*


Elle ne prit pas cependant tout le temps qu'elle aurait voulu pour l'observer. Premièrement ce n'était pas bien correct, bien qu'encore cela ne lui posait pas tant de problème. La vrai raison était que son regard n'osait pas lâcher l'homme qui l'accompagnait. La métamorphe fronça le nez en avançant vers eux. Il sentait le sang. Elle connaissait bien cette odeur, et non pas qu'elle en fut gênée, cela l'amenait à se méfier de lui.  Il était plutôt beau, dans son genre. Peau mate, belle musculature en partie apparente... Ses propres pensées arrachèrent un sourire à la jeune femme. Il était presque plaisant mais son regard blanc la gênait et il ne pouvait être aveugle vu le combat qu'elle avait observé de sa place. Lorsqu'il prit la parole elle se sépara immédiatement de l'adjectif qu'elle lui aurait associé avant. Elle se renfrogna, marmonnant quelque chose pour elle même. Si elle n'aimait pas quelque chose c'était les gens hautains. Et il osait dire que ELLE se croyait tout permis?

- Si je me croyais tout permi, ne penses-tu pas étranger que je t'aurai déjà tiré dessus avec ton air supérieur qui me déplaît en tout point ?
*Même si cela n'aurait sans doute eu aucun effet sur lui.*

-Quand on ne connait pas les gens, on ne les prends pas pour exemple, tu n'as pas l'air d'un amateur pourtant tu devrais le savoir. Je trouve qu'il n'y a rien de pire que les rumeurs pour que peu à peu la vérité sur les choses et les gens se perdent. De plus il semblerait que ta compagne connaisse mon nom.


Elle posa un regard interrogateur sur la personne en question puis reprit:

- Mais puisque tu l'ignores, je me nomme Enoria et sache qu'en tout cas cela fait un moment que j'avais sentis ces monstres, alors je me serai permise d'intervenir dans tout les cas, pardonne moi si tu n'as pu assouvir ta soif de sang, finit-elle ironiquement en pensant à l'odeur de l'homme.


Elle rangea la flèche qu'elle avait sortie dans son carquois et tint l'arc dans une main en attendant de voir ce qu'ils pouvaient vouloir. Elle repoussa une mèche rousse et blanche qui lui tombait sur le visage, puis patienta.


Revenir en haut
Skype
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 13:09 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Le temps semblait long. Cela faisait un moment que Fainn avait laissé partir Pyron et Sylve à la recherche d'Enoria. Il ne savait pas très bien l'heure qu'il était, il faut dire que le combat qu'il venait de livrer n'avait pas était de tout repos. Le guerrier dut se rabattre dans ses derniers retranchements pour battre ce commando de Démons. Il savait très bien qu'il devait le faire, et si les autres étaient restés avec lui, ils auraient perdu, car jamais il n'aurait dévoilé le secret de son épée. Surement par fierté. Devoir se battre à un tel niveau est très fatiguant, et très dangereux pour les combattants autour de lui.

Fainn avait gagné son combat, mais il le paya chère. De nouvelles cicatrices vinrent s'ajouter sur son torse. Ses vêtements étaient déchirés, sa cape, en lambeau, il sera difficile pour lui de se cacher une fois à Maîrales. Par chance, le temps s'était couvert, étrange, il devait faire beau toute la journée. De gros nuages Gris apparurent, et la pluie commença à tomber, il y aura moins de monde dans les rues. Le guerrier marchait péniblement, boitant légèrement. Il suivit le chemin jusqu'à Maîrales, non loin de l'entrée, Fainn remarqua des corps de bêtes sauvages sur le bord de la route.

* Surement mes compagnons qui ont passés leurs nerfs sur quelque chose d'autre*

Cela amusa le semi-géant sur le coup, il est vrais qu'il lui sera difficile de faire comprendre aux autres pourquoi il à voulut se battre seule, mais il le fallait. De toute façon, les combats s'enchaineront très vite dés qu'ils passeront dans le territoire démoniaque. Car même sans savoir où était la pierre, il paraissait évident, qu'ils devraient aller la chercher en terrain ennemi. Fainn, vraiment amoché, espérait ne pas avoir à chercher trop longtemps ses compagnons, et que eux, de leur coté auraient réussi à localiser Enoria. Le guerrier perdait beaucoup de sang, à se rythme la, il ne pourra pas marcher longtemps.

* Il faut tenir...*

Maîrales n'arrivait pas, il marchait sans arrêt et n'en voyait pas la fin. Puis soudain, il aperçu trois silhouettes. Il marcha pour s'en approcher, puis quand il put voire leur visage, il fut heureux de reconnaitre ses deux compagnons. Apparemment, ils avaient trainés sur la route, mais bon, c'était plutôt une bonne chose pour lui car tout seul, il n'aurait pas pus continuer. Il s'avança prêt d'eux, salement amoché, il savait qu'il allait s'en prendre plein la figure vue que les deux autres auraient voulut se battre. Il s'approcha d'eux.

- Euh...Bon ba c'est réglé, mais je pensais vous donner du temps pour rechercher Enoria. Je suis un peu déçu de m'être mis dans cet état pour rien.


Fainn ne prêta pas attention à la jeune femme qui les accompagner, chose qui lui portera surement préjudice...

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Sylve
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 30
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 13:34 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Fainn. Lorsqu'elle vit le grand gaillard s'isser jusqu'à eux, elle fut si surprise qu'elle resta pétrifiée devant son corps rampant. Bien qu'il avait survécu à une incroyable horde de carnassiers démoniaques, la Lycan n'aurait jamais pensé voir ce corps aussi carré et costaud se mouvoir sous la fatigue et la douleur. Une question d'image sans doutes, qui ne remettait pas en cause les valeures guerrirèe du combattant.
Mais la rouquine n'était malheureusement pas de tenants calins. Elle était très peu tactile, et préférait prévenir que guérir. Ainsi donc, Enoria allongeant Fainn au sol, elle lui compressa légèrement le torse de bandages de fortunes, préparés aux soins de la Lycan.

* Qu'est ce que je déteste ces cas de figure...*

Le guerrier à terre, mais pas désarmé pour autant, sifflait entre ses dents le prénom de leur nouvelle connaissance. Il manqua même de broyer le bras de Sylve en lui demandant ce qu'il s'était passé antérieurement. Son geste ne fut absolument pas intentionnel, et compréhensible.

_Enoria est là, coco.

Sylve n'abandonnait toujours pas son air faussement décontracté. Elle aimait injecter l'air de mot plus qu'improbables, et même si cela gênait ses interlocuteurs, elle s'en fichait. Il valait mieux un peu de decompression, et ne dit on pas que le sérieux est l'ami des imposteurs ?
Elle tourna son regard de glace vers la silhouette massive de Pyron. Ne pouvant déceler dans son oeil blanc ses sentiments, elle se doutait bien qu'il préférait tuer cet adversaire qu'est Fainn dans un comvat singulier plutot que de le voir décrêpir sous les regards bienveillants de deux femmes.

Mais Fainn ne décrêpissait pas. Il n'avait eu aucuns moment de faiblesse intense, et maintenait ses yeux grands ouverts, saluant Enoria, qu'il n'avait -vraissemblablement- pas vu.
Tous quatre n'étaient pas très loin de Maîrales, mais il vallait sans doutes mieux de reprendre la route. Ne disant mot, et ne conseillant nullement une nouvelle marche, la Sylve Stern se contenta de toiser le chemin s'étendant à eux, tout en montant sur son cheval pour inciter la route à suivre. Les compagnons imitèrent son allure, mais une question persistait dans le coeur de la rousse Lycan.


_Pourquoi Maîrale, et Enoria, Fainn ? dit Sylve en toisant du regard les deux concernés.



_________________
Nothing Else.


Revenir en haut
MSN
Pyron
Garde


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2009
Messages: 52
Localisation: Là où on veut bien de moi

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 14:41 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

La réaction d'Enoria à son attitude fit naitre une vague de joie chez Pyron, qu'il camoufla à merveille. Le criminel était heureux de ne voir que des personnes de valeur dans ce petit groupe. Il aurait de quoi s'amuser bien plus tard. Pourtant une triste nouvelle vint assombrir le tableau. Fainn...

* Il aurait du crever pour comprendre sa bêtise... *

Mais le semi-géant revint en se trainant jusqu'à eux. Sylve l'allongea tandis qu'il baragouinnait :

- Ennoria...

Si sylve ne s'en était pas occupé, Pyron lui aurait mis des coups pour qu'il comprenne la leçon, et se serait permis de lui graver son erreur sur le crâne, mais la place manquait. Et comme les autres semblaient penser que les soins passaient avant les leçons... Il valait mieux éviter de s'attirer les foudres de ces dames.
Mais Pyron n'en cru pas ses yeux quand il vit Sylve monter sur un cheval sans prendre soin de mettre Fainn sur une monture. Et vint le tour d'Enoria qui monta sur la sienne...

* Elles se payent ma tête ? songea le criminel. Elles ne s'attendent pas à ce que je le porte ? Nan ... *

Mais l'attitude de Sylve répondit à ses questions intérieures.
Pyron pensait qu'elle se doutait qu'il n'irait pas en ville. Il n'était pas aussi inconscient que Loxbow. Il se rapella soudain que le guerrier, à moitié mort, avait un lézard court sur pates. Mais comment appeler cette bestiole ?

* Mon cheval... * pensat-il en regardant la monture qu'il avait volé quelques semaines auparavant.

Il se pencha et saisit les épaules du grand bonhomme qu'il souleva et cala sur son épaule gauche. Il se redressa et marcha vers sa monture en train de brouter quelques touffes d'herbe.

* Pèse son poids le géant ! *

Arriver à la monture, Pyron le plaça tant bien que mal en position cavalière et lui mit les rennes dans la main gauche. Le criminel lacha un coup de poing discret dans les côtes de Fainn qui manqua de tomber et glissa à son oreille :

- Un guerrier qui ne sait pas faire la différence entre un combat qu'il peut faire seul et un combat ou il lui faut des alliés, est un guerrier destiné à mourir...

Cette phrase, que son maître lui avait fait comprendre des années auparavant, réveillât bon nombre de souvenirs. Il se tourna, quand il se rendit compte que le Fainn le dévisageait, et emmena la monture près de celles des deux femmes.

- Je n'irait pas en ville, je ne suis pas aussi fou que cet imbécile. Tout le monde me reconnaitra avec mon portrait placardé à tous les coins de rue. Je passerait la nuit dans les montagnes et je vous attendrait ici dès l'aube.

Sur ces mots il fit volte-face et retourna sur leurs pas. Il s'arrêta après quelques mètres et ajouta :

-Si vous pensez que vous pouvez me faussez compagnie, vous vous leurrez. Je saurais quand vous quitterez la ville...

Cette fois il s'en alla pour de bon et attendit d'être à bonne distance pour parler :

- Surveille leurs âmes Titana... Il ne doivent pas m'échapper...

* Je ne fais que ça... * répondit la voix féminine dans sa tête.

_________________
" Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. "


Revenir en haut
Yahoo Messenger MSN
Enoria
Voyageur


Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2009
Messages: 31
Localisation: In the dephts of wind

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 17:23 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

Personne ne lui expliquait ce qu'on lui voulait ni ce qu'ils attendaient d'elle et cela agaçait Enoria au plus haut point. Elle finit par se retrouver à soigner un semi-géant attaqué par elle ne savait quoi non plus qui demandait également après elle. Un vrai casse tête pour la métamorphe qui finit par prendre une mauvaise migraine. Ils l'avaient dérangé en plus. Elle maudissait sa curiosité qui l'avait poussée à aller vouloir quelle était la menace qu'elle préssentait. Adieu la jolie journée tranquille, voilà trois fous débarqués dans sa vie! Un presque mort, une femme mystérieuse et un meurtrier.

*Que de beau monde!*


Elle ricana et s'empara des rênes du cheval sur lequel l'assassin avait déposé le blessé en précisant qu'on lui faisait déjà perdre son temps, qu'elle n'aurait pas besoin d'aller -en plus- courir après un cheval qu'on n'était pas en état de diriger. Ils se rendirent vers la ville lentement pour ne pas redéclencher d'hémorragie chez le dénommé Fainn. Avant d'être en vue des gardes, Enoria rapprocha son cheval de dernier et remonta sa cape en lambeau sur son visage. Elle avait cru comprendre qu'il n'était le bienvenu dans aucune ville, alors autant le faire passer pour un cadavre. Elle était une personne discrète -outre son étrange chevelure- et elle ne tenait pas à ce que cette situation change. Elle expliqua la raison de son agissement aux deux autres, puis les guida jusqu'au la taverne où elle logeait temporairement. Elle vérifia qu'il n'y avait personne autours d'eux avant de parler:

-Il y a une écurie pour les chevaux et comme je ne pense pas qu'entrer avec un cheval soit la meilleure façon de passer inaperçu vous allez devoir marcher Fainn au moins jusqu'à une chambre. Les escaliers ne sont pas trop pénible, et quand bien même le seraient-ils vous n'avez pas le choix.

Après qu'ils eurent laissé les chevaux et qu'ils furent entrés dans le petit établissement à cette heure avancé où les alcooliques et festoyeurs en tout genre n'étaient pas arrivés, Enoria commanda une chambre suplémentaire et ils montèrent dans cette dernière. Hors de question d'aller dans la sienne où trainait toute sorte de chose personnelle. Et puis vu l'état de l'homme ils passeraient sûrement la nuit ici, lui et sa compagne. Après qu'il se fut étendu sur le lit avec quelques protestations elle descendit chercher des boissons rapidement ( ce n'est pas parce qu'ils ne pouvaient pas rester dans la salle commune qu'elle devait se priver d'un remontant pour passer sa frustation) puis les rejoins en posant les leurs sur la table de nuit. Rien ne les forçait à boire c'était juste de la politesse. Elle prit le temps de se calmer en respirant tranquillement et de faire le vide dans son esprit avant de faire le point en s'adressant à la femme qui semblait plus en état à lui répondre.

- Si j'ai tout suivis... L'homme qui est ici blessé -Fainn- n'est pas le bienvenu en ville, l'autre dont tout le monde connaît la tête bien que je ne me sois jamais arrêté pour lire son nom -celui qui est partis- est un célébre meurtrier qui plus est désagréable, toi je ne sais pas exactement mais tu n'es pas ce que tu sembles et si je ne me trompe pas, le contraire m'etonnerai d'ailleurs, tu as un lien étroit avec une sorte d'animal. Le premier est arrivé en piteux état après que toi et le fou ayaient attaqué ces deux créatures que j'avais ressentis puis vous m'avez aborder, me connaissant apparemment pour certains pour une raison qui m'échappe. Alors comme vous semblez être mêlé à des affaires louche et que je ne baigne pas dans ce genre de chose, il va falloir m'expliquer ce qui se passe sinon je pars et j'alerte en passant les gardes qui seront ravis de retrouver au moins un des nombreux indésirables qu'ils recherchent.


Enoria continua de siroter son verre en attendant une response qui cette fois avait plutôt intérêt à venir car ses menaces n'étaient pas en l'air. Même si la femme avait l'air dangereuse, elle ne l'était sûrement pas assez pour l'empêcher de mettre à l'oeuvre ses dires. Enoria avait entendu parlé d'un convois qui partirait bientôt et elle n'aurait aucun mal à s'y faire engager, alors si ces gens ici n'avaient rien d'interessant à dire ou faire, autant qu'elle ne perde pas plus de temps.


Revenir en haut
Skype
Fainn
Capitaine de la Garde


Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Nord

MessagePosté le: Sam 5 Sep - 18:00 (2009)    Sujet du message: La pierre d'Isola Répondre en citant

La fin du voyage fut vraiment éprouvant. Heureusement pour Fainn, ses compagnons eurent moins de remord qu'il ne le pensait. Il lui donnèrent les premiers soins, même si en réalité, le guerrier était totalement vidé de son énergie. Un combat pareil après une semaine d'insomnie, ça n'a pas fait bon ménage. Enoria réussit à faire rentrer Fainn dans la ville en le faisant passer pour mort. Elle l'emmena dans une taverne qu'elle connaissait bien avec Sylve. Pyron ne se sentait pas d'humeur à s'intéraisser apparemment, tant mieux pour Fainn, cela permettait de lui cacher certaines choses.

Enoria conduit Fainn dans une chambre. Le géant marcha le plus naturellement possible pour éviter d'attirer plus l'attention que d'habitude. Il s'allongea dans le lit et put enfin se reposer un peu. Enoria quitta vite la chambre, apparemment, la présence du guerrier lui déplaisait déjà, même si en fait, c'était la situation qui lui gênait. Le guerrier s'endormit tout de suite, apparemment, il ne risquait rien, ses compagnons surveillaient, et il ne risquait plus de mourir.

"Quelques heures de sommeil.... Je ne demande pas plus..."

Pendant ce temps, Enoria resta au chevet du guerrier après avoir était chercher de quoi se désaltérer avec Sylve. Puis elle commença à la questionner. La jeune Sylve, qui suivait Fainn depuis le début, ignorait totalement pourquoi Fainn la recherchait. Pour elle, Enoria était surement une amie du guerrier, elle fut bien surprise de voir qu'en vrais, il n'en était rien. Elle répondit comme elle le pouvait, elle parla des Démon, de la guerre il y a 5 ans, et du rôle que Fainn eut pendant cette bataille. Et même si Enoria voyait enfin le but de leur quête, elle ne comprenait pas pour autant son rôle et comment Fainn l'avait connu.

Quelques heurs passèrent, Le semi-géant ouvrit les yeux. La petite pièce dans laquelle il était, était dépourvue de décoration. Un vieux lit miteux, une petite table en bois avec une bougie posée dessuq. Il remarqua que son épée avait été remise dans sa protection en tissu et posée contre le mur. Sa ceinture avac sa dague fut aussi enlevée et posée sur la table. Le guerrier fut surprit de voir que les deux femmes étaient présentes. Elles étaient assises, entrain de parler. Fainn bougea la tête pour montrer qu'il était réveillé. Sylve et Enoria le regardèrent sans un bruit. Il se redressa tant bien que mal dans son lit pour faire leur faire face. Il remarqua d'ailleurs qu'un grand verre d'eau était posé sur sa table de chevet. Il s'en saisi, le bu d'une seule traite, puis le reposa. Il regarda ses bandages. Il allait mieux, mais ce n'était pas encore la grande forme. Gainé, il n'osait pas réellement regarder les deux jeunes femmes, il détestait avoir l'air faible. Personne ne disait rien, l'ambiance commençait a devenir pesante. Il accepta cette situation, après tout, c'était de sa faute si il se retrouvait comme ça. Il décida donc de prendre la parole.

" Je suis désolé que notre rencontre se soit fait de la Sorte Enoria. Je m'appelle Fainn Loxbow. Je suis un exilé d'Hovern. Sylve à déjà dut te raconter tout ce que tu voulais savoir, or mis ce que je ne lui est pas dit, c'est à dire, ton rôle. Je te connais de réputation, tu as rendu un service à un ancien ami, l'ancien Capitaine de la garde de Maîrales, il y a très longtemps. Il m'a vanté tes mérites, c'est pour cela que je t'ai cherché. J'ai besoins de ton aide, tu es le meilleur éclaireur que ce pays connaisse. Nous voulons nous introduire dans les terres démoniaques, au Sud d'Hovern. Nous voulons récupérer la Pierre d'Isola, et mettre fin a l'avancé Démoniaque."

Le guerrier avait un regard fort envers Enoria. Sans elle ils ne pourraient pas avancer bien loin, il le savait, il fallait qu'elle les suives, il était prêt a tout pour lui faire accepter. Le regard sérieux et franc, il se cala de façon décontracté dans son lit en attendant une réponse...

_________________
Amicalement, Fainn.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:52 (2018)    Sujet du message: La pierre d'Isola

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Hovern Index du Forum >>> Les aventures RPG >>> L'épopée d'Hovern Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 2 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo